Photos de Familles

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 24 janvier 2010

Souvenirs de la famille Pavluk

Mr Pavluk était chauffeur de Taxi à Paris, il possédait une maison de "campagne" aux abbesses de Gagny-Chelles. Cette maison existe toujours au numéro 26 de l'avenue de l'Etoile d'Or. Voici donc 2 clichés pris en face de cette maison par Mr Paul Bogatscheff au début des années 50.

Taxi_or_1.jpg

De gauche à droite : Mme Pavluk, Mlle ludmilla "Lala" Pavluk, Laura Podkopaeff, Lida Nicolsky née Bogatscheff, Nicolas Skouloff, Mr Pavluk.

Taxi_or_2.jpg

De gauche à droite : Mr Pavluk, Lida Nicolsky née Bogatscheff, Laura Podkopaeff, Nicolas Skouloff, Mme Pavluk, Mlle ludmilla "Lala" Pavluk.

mercredi 23 décembre 2009

Souvenirs de la carrière Saint-Pierre et de la côte du Beauzet de Gagny - Chelles 2/2

Vous avez été nombreux à visionner l'interview vidéo de Mme Lida Nicolsky née BOGATSCHEFF où celle-ci raconte sa montagne ou ses aventures d'enfance dans la carrière Saint-Pierre et la côte du Beauzet.

Elle a retrouvé des photos de famille de ces moments exceptionnels dans la carrière. Elles ont été prises avant les ravages causés par l'apport massif de remblais des années 60. Ainsi il est possible de l'y voir enfant avec ses parents. On peut aussi découvrir le vieux noyer qui lui tenait à cœur.

nicolsky_Carriere_8.jpg

nicolsky_Carriere_2.jpg

nicolsky_Carriere_1.jpg

nicolsky_Carriere_9.jpg

mardi 22 décembre 2009

Souvenirs de la carrière Saint-Pierre et de la côte du Beauzet de Gagny - Chelles 1/2

Vous avez été nombreux à visionner l'interview vidéo de Mme Lida Nicolsky née BOGATSCHEFF où celle-ci raconte sa montagne ou ses aventures d'enfance dans la carrière Saint-Pierre et la côte du Beauzet.

Elle a retrouvé des photos de famille de ces moments exceptionnels dans la carrière. Elles ont été prises avant les ravages causés par l'apport massif de remblais des années 60. Ainsi il est possible de l'y voir enfant avec ses parents. On peut aussi découvrir le vieux noyer qui lui tenait à cœur.

nicolsky_Carriere_10.jpg

nicolsky_Carriere_11.jpg

nicolsky_Carriere_4.jpg

mercredi 16 décembre 2009

Souvenirs de la famille Bogatscheff (Gagny - Chelles)

Lida Nicolsky, née fille de Paul et d'Anna Bogatscheff, nous a confié un peu de l'histoire de sa famille.

lida19.jpg

Lida BOGATSCHEFF à 19 ans.

Son père, Paul, est né en 1893 à Maïkop. Cette ville Caucasienne de Russie est désormais la capitale de la république d'Adyguée. Il est issu d'une famille de la petite bourgeoisie locale. Il aurait suivi des études de géomètre qu'il dut abandonner à cause de sa participation à la première guerre mondiale.

paul_photo.jpg

A partir de Juin 1915, il participe au premier conflit mondial sur le front turc dans l'Armée Cosaque du Kouban. Il est 26ème brigade Cosaque qui combat à Kars (Turquie). Il combattra jusqu'aux limites de l'Irak (Perse). Cette région du monde semble le fasciner, doté d'un appareil photo, il gardera de nombreux clichés de paysages, de monuments et de la population qu'il y croise.

paul_perse.jpg

Photo prise par Paul en 1916.

Il fut blessé dans un village du Kurdistan, le 20 décembre 1916, lors de combats contre les forces armées Turcs.

paul_photo_army_1.jpg

Photo datée de 1916

A la révolution russe de 1917, il s'engage dans l'armée blanche pour combattre les bolchéviks dans le Caucase. Il sera blessé à 2 reprises dans des combats contre les rouges, le 8 novembre 1919 ainsi qu'en mars 1920. La blessure obtenue en 1919 (au temps où il appartient au 2ème bataillon de commandos à pieds du Kouban) est qualifiée de traversante par balle entre le talon d'Achille et le mollet.

paul_photo_army_2.jpg

Fin 1920, il sera évacué du Caucase avec les armées du général Wrangel. En trois jours, à partir d'un port de la mer Noire, il embarque avec 146 000 autres personnes dont 70 000 soldats casés sur 126 bateaux.

Au terme de ces 2 conflits, où il combattit dans des bataillons d'infanterie et des sections cosaques à pied, il mettra fin à sa carrière militaire, officier, au grade de Capitaine.

Paul se retrouve interné dans un camp de l'Ile grecque de Lemnos. Dans l'attente d'une reprise potentielle du conflit avec les rouges, il y restera presque 2 ans. Cette Ile était tellement aride qu'il fallait y amener l'eau par bateau. Dans ces camps, dormant sous des tentes, les soldats continuèrent à porter l'uniforme et à pratiquer des entrainements militaires. De peur des possibles soubresauts incontrôlables de ces armées, ils furent gardés par des Zouaves et des Tirailleurs Sénégalais. Le désarmement des militaires de ces camps ne se fit pas sans difficulté.

Il quitta l'Ile fin 1922 pour la capitale grecque.

paul_photo_greece_1.jpg

Athènes (Grèce) - Dimanche 4 Décembre 1922, 5 heures du soir, Paul à gauche avec 2 amis après une bonne beuverie au vin résiné.

Depuis Athènes, il put recevoir un contrat de travail pour la France. Pour l'obtenir, pensant bien faire, il maquilla sa date de naissance sur ses papiers d'identité de 1893 à 1898. Il compris, bien plus tard, à l'âge de la retraite, les conséquences de cet acte.

paul_identite.jpg

Il embarqua pour le port de Marseille. La France, saignée à blanc par la guerre, manque cruellement de main d'œuvre. Ainsi il commence par travailler dans les mines des charbons d'Alès (Gard) puis dans les Houillères de Lorraine (Nilvange, Knutange). Il travaillera aussi dans des aciéries et autres usines métallurgiques.

ales_mine_2.jpg

Paul étant un excellent musicien, Il participe à de nombreux orchestres. Il joue notamment d'une guitare à 10 cordes qui possède 4 cordes de basse supplémentaires en "open tuning". Cette guitare exceptionnelle est une Guitare Harpe. Sa fabrication est attribuée au luthier moscovite russe Robert I. Arkhuzen (1844-1920). Elle a surement été construite à la fin xixe siècle. Elle fut malheureusement dérobée chez les Nicolskys au cours d'un cambriolage.

paul_photo_music_1.jpg

Boulogne Billancourt - 1931. Paul est à droite.

paul_guitare.jpg

Paul jouant de sa guitare Harpe dans le jardin de sa maison de l'Étoile d'Or.

Ce n'est qu'au bout d'un certain temps qu'il put se rendre à Paris. Il y suit des cours en russe (en effet, Paul ne cherchera jamais à vraiment maitriser la langue française) de l'école Violet afin d'y acquérir une formation qualifiante de monteur électricien.

violet_4.jpg

C'est à Paris qu'il rencontre sa future épouse : Anna Emeljanov. Née le 10 Octobre 1901, Anna est originaire de la région de Narva (disputée entre URSS et l'Estonie), au bord de la Baltique, d'un village de population finnoise, russophone et orthodoxe. La république d'Estonie est reconnue indépendante au traité de Tartu par la Russie bolchevique en 1920. Cette femme n'a donc pas connu la Révolution Russe. Pour l'anecdote, le père d'Anna était un marin côtier qui faisait du cabotage. Il faisait de temps à autres de la contrebande d'alcool avec la Finlande. Il cachait donc l'alcool dans des nourrisses qu'il noyait dans l'eau signalisées par des bouées.

anna_photo.jpg

D'origine modeste, elle arrive à Paris en 1932 avec la famille du consul d'Estonie (Mr et Mme Postelnickoff). Elle y travaille en tant que dame de compagnie, de cuisinière et de nourrice.

Anna et Paul se marièrent à la Mairie du XVème arrondissement de Paris le 28 Juin 1934. Les Bogatscheffs arrivent dans le quartier des Abbesses en 1936 suite à la naissance de leur fille unique, Lida, née à Paris, le 2 Mars 1936 dans le XIXème arrondissement.

paul-et-lida.jpg

Lida dans les bras de son père.

Ils resteront longtemps locataires dans le quartier. lls vécurent notamment dans une maisonnette de l'avenue Paul-de-Kock.

nicolsky_landeau_kock.jpg

Lida dans le landeau de sa mère devant la maisonnette de l'Avenue Paul de Kock en 1936.

Lida se souvient d'un père calme, peu loquace. Elle se sentait très proche de lui. Elle se rappelle qu'enfant, étant bonne élève, elle ramenait un brillant carnet tous les samedis soirs. Le dimanche, pour la féliciter, il l'emmenait fièrement sur sa bicyclette chez le libraire de la gare de Chelles et lui offrait un livre. Elle se remémore de grandes balades à bicyclette à ses côtés. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Paul et son inséparable vélo n'hésite pas à pédaler jusqu'à Coulommiers pour ravitailler sa famille en produits en provenance de fermes amies.

Une maisonnette et un terrain, situés au 19 de l'avenue de l'Étoile d'Or, leur sont cédés, un jour, par le Père Serge Pfefferman.

lida_etoile.jpg

Lida devant la maisonnette de l'avenue de l'Etoile d'Or.

Le Père Serge Pfefferman est le prêtre orthodoxe desservant l'Eglise Orthodoxe des Abbesses de Gagny-Chelles. Israélite, il portait l'étoile jaune pendant la guerre 39-45. Il échappa à la déportation en se réfugiant au monastère orthodoxe de Bussy en Othe.

eglise_russe_new7.jpg

Sortie de l'Eglise Orthodoxe après guerre.

Lida se souvient d'une anecdote amusante : ses parents, pendant des années, ignorent qu'ils ont droit aux allocations familiales. Une fois les arriérés remboursés, Paul offrit une montre et un vélo à sa fille Lida.

lida_velo.jpg

Lida dans l'avenue de l'Etoile d'Or sur son vélo payé avec les arriérés des allocations familiales. Au fond à gauche, on distingue l'Eglise orthodoxe.

paul_lida_beauzet.jpg

Paul, dans les champs de blé de la côte du Beauzet ou Montguichet de Gagny-Chelles.

dimanche 13 décembre 2009

Les "polianka-party" des Abbesses de Gagny - Chelles

Vous avez été nombreux à visionner l'interview vidéo de Mme Lida Nicolsky née BOGATSCHEFF où celle-ci raconte sa montagne ou ses aventures d'enfance dans la carrière Saint-Pierre et la côte du Beauzet.


Mme Lida NICOLSKY raconte ses souvenirs de la montagne.

Elle a retrouvé des photos de famille de ces moments exceptionnels dans la carrière. Ainsi généralement à l'époque des festivités de Pâques, il était fréquent d'organiser des réunions festives dans les carrières. Ils appellaient cela les "polianka-party" (polianka veut dire "clairière, prairie" en russe).

Voici donc des photos exceptionnelles de ces fêtes :

nicolsky_Carriere_5.jpg

nicolsky_Carriere_6.jpg

nicolsky_Carriere_12.jpg

nicolsky_Carriere_13.jpg

nicolsky_Carriere_7.jpg

jeudi 3 décembre 2009

Souvenirs de la famille Gromoff : l'avenue des Champs en 1952 (Gagny-Chelles)

Nous avons eu le plaisir d'interviewer Mme Sonia Lebon, née gromoff. Cette rencontre fut très riche en enseignements et autres anecdotes sur l'histoire de la famille et du café gromoff. Elle nous a ouvert son album de photos de famille qu'elle a su préserver. Nous allons donc commencer une série d'articles au travers de ses souvenirs et de ses inestimables photos de famille.

Pour vous donner un avant-gout des découvertes qui vous attendent, voici une photo de l'avenue des Champs prise en 1952 où figurent Mr et Mme Petit. Tout à droite, il y a le père de Sonia : Serge Gromoff.

Au loin, vous pouvez voir les champs et la carrière de la côte du Beauzet ou Montguichet.

1951-avdeschamps.jpg

samedi 4 avril 2009

Séance de Jardinage en famille

Christian Baltauss qui a vécu ses 9 premières années dans le quartier des Abbesses de 1947 à 1956, nous a confié un nombre très important de photos de famille. Elles sont toutes aussi extraordinaires les unes que les autres. D'origine russe, Christian habitait avec ses grands-parents ( Famille Stuart) à l'angle de la rue Albert Caillou et de la rue de l'Abbaye chez Mr et Mme Vandenheim.

Le site perso de Christian Baltauss : http://wwww.christian-baltauss.fr

La famille Baltauss en plein séance de jardinage

Jacqueline Baltauss (née Series), en pleine séance de jardinage avec ses enfants (Christian est à droite et son frère Richard à gauche), au début des années 50.

Alex Baltauss en train de bêcher le jardin en 1943

Alex Baltauss (le père de Christian) en train de bêcher le jardin en 1943.

jeudi 19 mars 2009

La locomotive de Monsieur Georges Pestat

Madame Le Fèvre nous a confié l'unique photo qu'elle possède encore de la locomotive de son père : Georges Pestat. Celui-ci a été conducteur de locomotive chez Poliet et Chausson jusqu'à la fermeture de l'exploitation en 1939 (Il décèdera quelques mois plus tard pour la défense de la France).

Il acheminait des wagonnets remplis de gypse des fours à plâtre de la carrière Saint-Pierre vers la pointe de Gournay en passant au travers des quartiers des Abbesses et du Chesnay.

La locomotive de Georges Pestat

Madame Le Fèvre avait beaucoup d'autres photos de son père et notamment de la cité Poliet et Chausson qui existait avenue Sainte-Clotilde où elle logeait avec sa famille. Mais il semble que par mégarde, suite à un retour de prêt, celles-ci d'une valeur sentimentale inestimable aient été irrémédiablement perdues.

Pour en apercevoir quelques unes, il convient de consulter l'article "Souvenirs de la carrière Saint-Pierre" paru dans le Bulletin "En Aulnoye Jadis" N°37, édité par la Société d'Histoire du Raincy et du Pays d'Aulnoye.

lundi 23 février 2009

L'avenue Paul de Kock au début des années 50.

La famille Levivier dans l'Avenue Paul de Kock au début des années 50.

Gérard Levivier sur sa moto dans l'avenue Paul-de-Kock au début des années 50. Au fond, il y a le chemin de fer et l'allée de la rivière des dames.

La famille Levivier dans l'Avenue Paul de Kock au début des années 50.

Gérard Levivier sur sa moto dans l'avenue Paul-de-Kock au début des années 50. Au fond, il y a la carrière Saint-Pierre.

La famille Levivier dans l'Avenue Paul de Kock au début des années 50.

Gérard et Jeanine Levivier dans l'avenue Paul-de-Kock au début des années 50. Au fond, il y a la carrière Saint-Pierre.

Merci à Christian Baltauss pour ces photos de son oncle et de sa tante. Jeanine Levivier était la soeur de sa mère Jacqueline Baltauss née Sériès.

Le site perso de Christian Baltauss : http://wwww.christian-baltauss.fr

jeudi 19 février 2009

Quand la carrière Saint-Pierre était un espace de liberté pour tous, 1947 - 1953.

Christian Baltauss qui a vécu ses 9 premières années dans le quartier des Abbesses de 1947 à 1956, nous a confié un nombre très important de photos de famille. Elles sont toutes aussi extraordinaires les unes que les autres. D'origine russe, Christian habitait avec ses grands-parents ( Famille Stuart) à l'angle de la rue Albert Caillou et de la rue de l'Abbaye chez Mr et Mme Vandenheim..

Le site perso de Christian Baltauss : http://wwww.christian-baltauss.fr

Voici donc la troisième série : les photos de la famille Baltauss dans la carrière Saint-Pierre pendant les années 1947 à 1953. A cette époque, la carrière Saint-Pierre de Gagny-Chelles était un espace de jeux et d'aventures pour tous :

La famille Baltauss au pied du ru des pissottes

La famille Baltauss fin des années 40 sur les berges du canal du chesnay ou ru des pissottes (Alex à gauche et Jacqueline (née Sériès) à droite .

La famille Baltauss dans la carrière Saint-Pierre en Juillet 1949

Juillet 1949 - Jacqueline Baltauss, en promenade dans la carrière avec ses enfants (Christian est assis et son frère Richard est debout).

La famille Baltauss dans la carrière Saint-Pierre en Juillet 1949

Juillet 1949 - Jacqueline Baltauss, en promenade dans la carrière avec ses enfants (Christian et Richard Baltauss).

mardi 17 février 2009

Quand la carrière Saint-Pierre était un espace de liberté pour tous, 1943 - 1945.

Christian Baltauss qui a vécu ses 9 premières années dans le quartier des Abbesses de 1947 à 1956, nous a confié un nombre très important de photos de famille. Elles sont toutes aussi extraordinaires les unes que les autres. D'origine russe, Christian habitait avec ses grands-parents (Famille Stuart) à l'angle de la rue Albert Caillou et de la rue de l'Abbaye chez Mr et Mme Vandenheim.

Le site perso de Christian Baltauss : http://wwww.christian-baltauss.fr

Voici donc la seconde série : les photos de son père (Alex Baltauss) et de ses amis d'enfance dans la carrière Saint-Pierre pendant les années 1943 à 1945. A cette époque, la carrière Saint-Pierre de Gagny-Chelles était un espace de jeux et d'aventures pour tous :

Alex Baltauss et ses amis dans la carrière Saint-Pierre en 1945

A gauche Alexis Tkatcheff et à droite Alex Baltauss. Photo prise dans les années 1943 - 1945 dans la carrière Saint-Pierre.

Alex Baltauss et ses amis dans la carrière Saint-Pierre en 1945

A gauche Jika qui était un dessinateur humoristique (Il s'appelait Kaladjian, son père avait une cordonnerie rue de l'Abbaye). Photo prise dans les années 1943 - 1945 dans la carrière Saint-Pierre.

Alex Baltauss et ses amis dans la carrière Saint-Pierre en 1945

Au centre Alik Akimoff et à gauche Alex Baltauss. Photo prise dans les années 1943 - 1945 dans la carrière Saint-Pierre.

dimanche 15 février 2009

Quand la carrière Saint-Pierre était un espace de liberté pour tous, 1939 - 1943.

Christian Baltauss qui a vécu ses 9 premières années dans le quartier des Abbesses de 1947 à 1956, nous a confié un nombre très important de photos de famille. Elles sont toutes aussi extraordinaires les unes que les autres. D'origine russe, Christian habitait avec ses grands-parents (Famille Stuart) à l'angle de la rue Albert Caillou et de la rue de l'Abbaye chez Mr et Mme Vandenheim.

Le site perso de Christian Baltauss : http://wwww.christian-baltauss.fr

Voici donc la première série : les photos de son père (Alex Baltauss) et de ses amis d'enfance dans la carrière Saint-Pierre pendant les années 1939 à 1943. A cette époque, la carrière Saint-Pierre de Gagny-Chelles était un espace de jeux et d'aventures pour tous :

Alex Baltauss et ses amis dans la carrière Saint-Pierre en 1939-1940

De gauche à droite : Alik Akimoff, Alexis Tkatcheff et Alex Baltauss. Photo prise dans les années 1939 - 1940 dans la carrière Saint-Pierre.

Alex Baltauss et ses amis dans la carrière Saint-Pierre en 1943

Alexis Tkatcheff à la trompette et à gauche Alex Baltauss. Photo prise en 1943 dans la carrière Saint-Pierre.

Alex Baltauss et ses amis dans la carrière Saint-Pierre en 1943

En haut le poing fermé Alexis Tkatcheff, en bas Alex Baltauss. Photo prise en 1943 dans la carrière Saint-Pierre.

Alex Baltauss et ses amis dans la carrière Saint-Pierre en 1943

A droite Alex Baltauss. Photo prise en 1943 dans la carrière Saint-Pierre.

samedi 7 février 2009

Souvenir du ru des Pissottes (Canal du Chesnay)

Voici une photo des derniers jours du ru des Pissottes, Arlette nous a confié une photo de son fils. Elle fut prise en 1966 alors qu'il péchait les épinoches dans ce cours d'eau aujourd'hui disparu.

1968 - Le fils d'Arlette qui pèche dans le ru des pissottes

Le ru des Pissottes et le canal du Chesnay ont été laissés à l'abandon, ceux-ci servaient alors de décharge pour les riverains (et servent encore). Le ru et le canal ont été canalisés en 1966 dans une buse recouverte de terre à 4 mètres de profondeur. Le ru des Pissottes prend sa source au niveau rue des Sources à Chelles. Il va se jeter dans le canal du Chesnay qui, lui se déverse dans la Marne au niveau de la pointe de Gournay.

Pour en savoir plus : Les cours d'eau disparus des Abbesses

jeudi 1 janvier 2009

Photos de joueurs de Football Gabiniens des Années 50.

Nous avons trouvé au hasard d'un vide grenier, des photos de footballers Gabiniens des années 50.

En regardant les photos attentivement, il est possible de reconnaître en arrière-plan l'école de l'Est (Maintenant, l'Ecole Louis Pasteur de l'avenue Jules-Guesde). Les photos semblent avoir été prises au niveau de l'actuel ARENA.

Si vous vous reconnaissez ou si vous reconnaissez un de vos proches ou une de vos connaissances, n'hésitez pas à nous signaler les identités des personnes présentes sur ces photos. Si vous avez des anecdotes sur ces valeureux sportifs, vos commentaires sont également les bienvenus.

Joueurs de foot Gabiniens dans les années 50

Joueurs de foot Gabiniens dans les années 50

Joueurs de foot Gabiniens dans les années 50

Joueurs de foot Gabiniens dans les années 50

Le commentaire de Jean :

La photo a été surement prise de la rue Jean-Bouin. Le stade à cette époque couvrait toute l'étendue de l'Arena et du stade actuel. La vue en arrière-plan montre l'école de l'Est et devant un petit bâtiment qui comportait des chambres où logeaient des ouvriers Algériens appelés à cette époque "SIDI" qui étaient employés aux carrières de plâtre MUSSAT (Carrière du centre). A côté à droite se trouvait le logeur en fait café tabac.

Le pavillon à colombage qui se trouve à droite de la photo abritait la grande famille Hannotin, lui, éboueur et gardien du stade et des douches qui se trouvaient dans le sous-sol pour les sportifs et autres.. Sa femme, elle, s'occupait de ses filles.

Pour les garçons de l'équipe de foot, il est possible que figure Jean Valenet notre ancien maire.

samedi 27 décembre 2008

Quand la doyenne de Gagny habitait aux Abbesses

Saviez vous que dans les années 60, la doyenne de Gagny habitait aux abbesses ?

La doyenne des Abbesses n°1

Félipa Munoz, le jour de son centenaire.

En effet, Félipa Munoz, Diez de son nom de jeune fille, était dans la doyenne de Gagny en 1961. Née le 1er Mai 1861 à San Cristobal en Espagne, la mairie de Gagny, pour son centenaire, décida d'organiser une fête en son honneur.

La doyenne des Abbesses n°4

La carte d'invalidité de Félipa, elle était atteinte de cécité.

Ainsi, dans la rue de son domicile (elle vivait dans la famille de sa fille au 48 avenue Roger Alboy), une fête se déroula en Mai 1961. Elle eu même droit, ce jour là, à la visite du Maire de l'époque, Mr Raymond Valenet, accompagné d'enfants costumés.

La doyenne des Abbesses n°2

Mr le Maire, Raymond Valenet, défilant dans l'avenue Roger Alboy.

La doyenne des Abbesses n°3

Les enfants costumés devant l'ancienne Boulangerie Ringuet de l'avenue Roger Alboy.

Elle décéda le 30 Juin 1964 à l'âge avancé de 103 ans et 2 mois.

Nous voulions remercier son petit fils, Mr Daniel Masson, pour nous avons confié ses précieuses photos de famille et donné l'autorisation de les partager avec nos lecteurs.

La doyenne des Abbesses n°5

Mr Daniel Masson aux côtés de sa grand-mère lors de la fête de son centenaire.

samedi 18 octobre 2008

Les souvenirs de vacances de Nadia Boutakova

L'Internet procure quelque fois des petits miracles. Lundi 13 Octobre 2008, nous avons reçu un email de Nadia Boutakova avec des photos d'elle et de ses proches lorsqu'elle venait enfant en vacances dans le quartier des Abbesses. Elle était tombé par hasard sur notre site en reconnaissant Mr Kimitch sur une photo ancienne que nous avons publié.

Nadia_Boutakova_01.jpg

D'origine russe, elle nous a raconté ses venues en vacances dans notre quartier pendant les étés 1959, 1960 et 1961.

Nadia_Boutakova_02.jpg

Elle nous a raconté se rappeler d'Anatole Evreinoff qui avait une patience infinie avec elle et de son amie d'enfance Tania Tkatcheva avec qui elle jouait.

Voici son témoignage écrit :

Je suis née en 1950 à Clamart de parents russes. Ils ont confié mon éducation à mes grands parents maternels. Clamart avait aussi une grande colonie russe et mes grands parents n'ont eu aucun problème à me 'préserver' dans notre culture.

J'ai vécu toute mon enfance au milieu de gens âgés russes, espérant toujours rentrer en russie. C'était une communauté sympathique, accueillante, faisant la fête avec peu de place et peu de moyen mais avec beaucoup de chaleur humaine.

Nadia_Boutakova_06.jpg

Mon grand père ( Nossovitch ) m' a envoyé à Chelles avec ma grand mère passer l'été 59 chez Vanghenghei qu'il connaissait depuis son départ de Russie et pour lequel il avait une profonde amitié. Ce monsieur âgé, de petite taille, avec une épouse infirme, travaillait le bois dans sa menuiserie avec des grosses machines.

Je pouvais regarder, il expliquait malgré mon jeune âge. J'ai le souvenir de l'extraordinaire odeur du bois. Les autres années, nous sommes allés chez Madame Petoukhova et chez Madame Borodine.

J'ai découvert à Chelles la liberté.

Il n'y avait aucune circulation et ma grand mère ne me surveillait pas en permanence comme à Clamart. J'ai côtoyé Tania et Véronique (russes) mais aussi des enfants arabes (Amara ) et italiens. Je ne me souviens pas d'enfants français. Nous jouions tous ensemble avec plus ou moins de connivence, mais je ne me souviens pas de problème.

Nadia_Boutakova_05.jpg

Au bout de la rue, avant de monter sur la colline, il y avait une planche qui traversait un ruisseau sur laquelle, couchés, nous attrapions des têtards à différents stades de développement (je l'ai appris ici). Nous faisions du vélo pas forcément à notre taille.

Nadia_Boutakova_03.jpg

Chez Vanghenghei, un monsieur asiatique (le papa de véronique) habitait dans la cour. Il travaillait sur des icônes. Je le regardais beaucoup.

Je me rappelle des messes orthodoxes, mais nous n'avons jamais participé aux fêtes de Pâques.

J'ai des Souvenirs de logements minuscules où nous passions nos soirées, mais à Clamart c'était pareil.

Tous le monde avait des jardins, quelquefois des lapins, et nous allions beaucoup les uns chez les autres. J'ai le souvenir de Chalifert...

Nadia_Boutakova_07.jpg

(...)

J'ai beaucoup de souvenirs personnels attachés à des gens en particulier, mais je suis probablement dans le désordre. Je ne suis pas retournée à Chelles depuis 1968. J'ai beaucoup de bons souvenirs mais je ne pensais pas les raconter.

Amicalement

Nadia dans la carrière Saint-Pierre (1965 - 1968) :

Nadia_Boutakova_04.jpg

Merci Nadia pour nous avoir fait parvenir ses quelques souvenirs de jeunesse.

dimanche 18 mai 2008

Photos de famille de l'avenue Paul-de-Kock dans les années 50-60

Photo de famille dans l'avenue Paul de Kock (Année 60)

Cliquer pour agrandir :

Photo de famille dans l'avenue Paul de Kock (Année 60 Photo de famille dans l'avenue Paul de Kock (Année 60

Il est possible de constater l'absence de voiture dans l'avenue et que les hivers enneigés n'étaient pas aussi rares qu'aujourd'hui.