Mot-clé - Parc Saint-Pierre et Bausset

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 12 juin 2019

Reportage sur le Montguichet - Dans la friche

DANS LA FRICHE

Un documentaire écrit et réalisé par Camille Berthelin.

Voix off : Camille Berthelin, Karim Seif

Tous les animaux et végétaux présents dans ce film ont été filmés dans leur milieu naturel au Montguichet (Chelles, Gagny, Montfermeil).

Avec la participation des Abbesses de Gagny-Chelles, du Rucher des Abbesses et de l'Agence des Espaces Verts d'Ile de France

samedi 20 mars 2010

A noter dans vos agendas

-> Salon des Énergies et de l'Habitat Écologiques à Chelles

Les 26, 27 et 28 mars 2010, au centre culturel de Chelles, place des Martyrs de Châteaubriant . 77500 Chelles. Plus de 60 exposants, avec la construction d'une maison écologique, des conférences, des ateliers pour tous...

salonchelles.jpg

Les Abbesses de Gagny-Chelles partagerons un stand avec l'association des "Riverains des bords de Marne" qui nous a cordialement invité à participer à cet évènement avec eux.

-> Conférence : Histoire du domaine du Chesnay et récits du quartier des Abbesses de Gagny-Chelles

Jean-Pierre THORETTON, Président de la Société Archéologique et Historique de Chelles, vous prie de bien vouloir assister à la prochaine réunion de notre association qui aura lieu

Vendredi 2 avril 2010 à 21 heures

Salle Albert CAILLOU

21 av. Albert Caillou à Chelles

Le café Gromoff

Cette conférence sera animée par un passionné de ce secteur. Nous irons donc à la découverte de l'histoire de ce quartier à cheval entre Chelles et Gagny : celle des Abbesses de Gagny-Chelles. La conférence commencera par l'histoire du Domaine de Chesnay autrefois attribué à Gournay sur Marne.

Les terres des Abbesses de Gagny-Chelles appartenaient à ce vaste domaine. Ce dernier s'étendait de Neuilly sur Marne à Chelles en passant par Gagny. Nous allons donc découvrir l'histoire de celui-ci avec ses personnages hauts en couleur jusqu'à son lotissement au début du vingtième siècle. Dans un second temps, la conférence va se concentrer sur l'histoire contemporaine du lotissement des Abbesses de Gagny-Chelles, de sa création jusqu'à la fin de années 60.

Cette histoire humaine des gens ordinaires au travers de souvenirs d'anciens et de photos de famille collectés avec soin pendant de longues années.

vendredi 20 novembre 2009

Vues panoramiques de la carrière Saint-Pierre et de la côte du Beauzet de Gagny-Chelles

pano_montguichet_2.jpg

pano_montguichet_3.jpg

pano_montguichet_1.jpg

Ces photos ont été prises le 1er Juillet 2009, depuis les hauteurs de Montguichet. C'est la ville et la montagne de Chelles qui sont visibles à l'horizon.

mercredi 28 octobre 2009

28-10-2009 : Article du journal La Marne sur le projet de la côte du Beauzet ou Montguichet (Gagny-Chelles)

28-10-2009-lamarnew.jpg

vendredi 23 octobre 2009

Le Parisien : Annonce du soutien de la région au projet de la côte du Beauzet ou Montguichet

Edition Abonnés - Seine-et-Marne Nord

VIVRE EN SEINE-ET-MARNE

Huchon soutient la préservation du Montguichet

CHELLES

Article du Parisien du 23/10/2009

Le président de la région Ile-de-France (PS), Jean-Paul Huchon, vient officiellement d’apporter son soutien au projet de préservation du Montguichet, entre Chelles et Gagny (Seine-Saint-Denis), porté par l’association naturaliste Anca. Basée à Neuilly-Plaisance, elle vise à créer un sanctuaire naturel sur ces 90 ha d’anciennes carrières, propriété du groupe Saint-Gobain, qui surplombent le quartier pavillonnaire chellois des Abbesses.

Le projet prévoit l’entretien de « lisières » bordées de mares où pourraient se développer des espèces protégées et la création d’une zone dédiée à l’agriculture biologique. Dans un courrier adressé hier aux élus et aux responsables de Saint-Gobain, Jean-Paul Huchon souligne que « l’intervention de l’Anca réduira l’érosion de la biodiversité et inscrira ce site dans sa valorisation future ».

Dans une semaine, le projet du Montguichet sera examiné par le conseil d’administration de la Fondation Placo, filiale de Saint-Gobain et propriétaire du site.

Cliquer pour agrandir :

Article du Parisien du 23/10/2009

mercredi 7 octobre 2009

07-10-2009 : Le journal La Marne donne la parole à notre président

Suite aux déclarations du représentant de Saint-Gobain développement concernant le projet, le journal La Marne a désiré recueillir l'avis officiel du Président des Abbesses de Gagny-Chelles. Ce dernier est également le représentant des Amis Naturalistes des Coteaux d'Avron sur ce projet.

Cliquez sur l'image pour agrandir :

07-10-2009_Lamarnew.jpg

mardi 6 octobre 2009

Quand la télévision parle du projet Chellois de la côte Montguichet ou du Beauzet.

Le 29 Septembre dernier, le projet de préservation de la côte du Beauzet ou Montguichet de l'ANCA a eu l'honneur du Journal Tv de la Télévision Câblée et ADSL Canal Coquelicot.fr.

Malgré certaines inexactitudes sur la nature et l'état d'avancement du projet ainsi que des prises de vues pas très représentatives, cela démontre néanmoins l'engouement grandissant du projet auprès de la population locale et des environs.


Chelles Montguichet Canal Coquelicot 77

mercredi 30 septembre 2009

30-09-2009 : Le journal La Marne donne la parole au nouvel interlocuteur du groupe Saint-Gobain

En effet, le groupe Saint-Gobain a jugé nécessaire de nommer un nouvel interlocuteur au projet de la côte du Beauzet sur la commune de Chelles.

saint-gobain.jpeg

Ce nouvel interlocuteur est le délégué de Saint-Gobain développement au niveau de la région Ile de France.

Saint-Gobain Développement a été créé en 1982 pour mener à bien les reconversions liées aux restructurations du groupe. Ses missions concernent aujourd'hui trois domaines : les ressources humaines et affaires sociales (veille sociale, restructurations, reclassement des salariés…) ; le soutien au développement économique local (prêts aux PME voisines, redynamisation économique des sites abandonnés…)...

Veuillez cliquer sur l'image pour lire l'article :

lamarne30092009w.jpg

30-09-2009 : La Parisien réalise un article sur les incertitudes du projet Chellois de Montguichet ou de la côte du Beauzet

Chelles

Incertitudes sur le projet de réserve naturelle

Ava Djamshidi | 30.09.2009, 00h00

Mante-Religieuse_1.jpg

MANTES RELIGIEUSES, éperviers et hiboux rares ne se doutent pas de l’intrigue qui se trame dans leur dos. Que va devenir leur espace naturel, situé sur l’ancienne carrière de gypse qui surplombe le quartier des Abbesses, entre Chelles et Gagny (Seine-Saint-Denis), sur la côte du Montguichet ? Il faudra encore patienter un mois avant de savoir si ce site de 90 ha prendra les contours d’une gigantesque réserve naturelle accessible au public, comme le désire la ville de Chelles.

Vendredi, le conseil municipal de la commune a en effet voté à l’unanimité un projet de valorisation de l’environnement porté par l’Anca, une association de Seine-Saint-Denis qui entend protéger le patrimoine exceptionnel des lieux. Objectif de ce programme, circonscrit à la commune de Chelles faute de réponse favorable de sa voisine, Gagny: « Créer un sanctuaire naturel pour permettre à la biodiversité de s’y développer », détaille Christophe Nedelec, un membre de l’association.

Mais c’est une fondation du groupe Saint-Gobain, propriétaire du site, qui décidera du sort de l’ancienne carrière à la fin du mois prochain. « Nous étudions ce projet avec bienveillance. Mais parallèlement, nous devons tenir compte d’autres intérêts divergents », détaille un délégué régional de l’entreprise, résolument discret sur l’origine des opposants au projet.

« Il y a d’autres utilisateurs naturels des lieux, comme des chasseurs ou encore des sportifs, or le projet doit être harmonieux. Les élus des différentes communes concernées vont être consultés avant le conseil d’administration, nous ne souhaitons pas être la source de litiges », confie, prudent, ce cadre du groupe. Quant au développement économique de cette zone, l’entreprise, leader du marché de l’habitat, ne l’a pas omis. « Cela nous motive évidemment beaucoup », poursuit le salarié de Saint-Gobain.

De son côté, Christophe Nédélec redoute que le vent tourne et que le projet ne voie finalement pas le jour à cause de l’opposition, notamment, de certains élus dont personne ne souhaite ouvertement donner les noms. Verdict de la Fondation du groupe à la fin du mois prochain. Mantes religieuses, éperviers et hiboux rares sauront alors si leur carrière sera sanctuarisée.

Le Parisien

Article du Parisien du 30/09/2009

samedi 26 septembre 2009

25-09-2009 : IMPORTANT - Le vote du conseil municipal Chellois (Chelles)

Ce vendredi 25 Septembre 2009, le projet de la côte du Beauzet ou Montguichet a été voté à l'unanimité par le conseil municipal Chellois.

C'est une étape crutiale pour le devenir de ce projet que nous soutenons de toutes nos forces et auquel nous avons très activement participé à son élaboration.

Toutes les associations qui ont participé à l'élaboration de ce projet ont reçu les éloges de l'assistance et des élus de la majorité comme de l'opposition.

La décision définitive sera prise lors de la prochaine réunion de la fondation Placoplatre à la fin du mois d'octobre. Nous espérons que cette ultime décision sera prise avec autant d'enthousiasme que celle prise lors conseil municipal.

Nous avons demandé l'autorisation de filmer le conseil municipal. Voici donc quelques extraits en vidéo :


Introduction et présentation du projet par Patricia Lavorata

Intervention de Paul Athuil et résultat du vote du conseil

Lire la suite...

mercredi 9 septembre 2009

09-09-2009 : Le journal LA MARNE réalise un article sur le projet Montguichet ou de la côte du Beauzet

Décidément le projet de la côte du Beauzet ou Montguichet à Chelles a eu l'honneur de la presse locale. Voici donc l'excellent article du journal hebdomadaire "LA MARNE" paru le Mercredi 09 Septembre 2009.

Il y a une petite coquille, le budget "idéal" est de 50 à 60.000 € par AN et non par MOIS.

Cliquer pour agrandir :

champs_bausset_1.JPG lamarne_0909_1w.jpg

09-09-2009 : La Parisien réalise un article sur le projet Montguichet ou de la côte du Beauzet

Cet article est paru dans l'édition "Seine et Marne" et "Seine Saint-Denis" avec quelques variantes.

Chelles

Un sanctuaire pour la nature en projet au Montguichet

Christel Brigaudeau | 09.09.2009, 07h00

Devinette : où trouve-t-on onze espèces d’orchidées sauvages, des arbres classés nationalement, des mantes religieuses et des coucous, le tout à une vingtaine de kilomètres de Paris ? Réponse : sur la côte du Montguichet.

Vignette Parisien Beauzet

Longtemps oublié, cet espace naturel de 90 ha qui surplombe le quartier des Abbesses, entre Chelles et Gagny (Seine-Saint-Denis), est une ancienne carrière de gypse à ciel ouvert. Propriété du groupe Saint-Gobain, il fait l’objet d’un projet de valorisation de l’environnement qui sera examiné pour avis le 25 septembre par le conseil municipal de Chelles.

Porté par l’Anca, une association naturaliste de Neuilly-Plaisance (Seine-Saint-Denis), et soutenu par plusieurs collectifs chellois, ce programme ambitieux vise à « recréer un milieu naturel pour permettre à la biodiversité encore présente de se développer », résume Christophe Nedelec. Informaticien la semaine, naturaliste passionné le week-end, c’est ce riverain des Abbesses qui s’est penché, il y a plus d’un an, sur le berceau du Montguichet pour le compte de l’Anca. « Ici, on peut s’immerger quatre heures dans la nature sans croiser personne, s’enthousiasme-t-il. C’est un patrimoine exceptionnel… »

Un troupeau de chèvres à la rescousse

Lequel serait menacé d’extinction. La faute au manque d’entretien des lisières du bois, les plus riches en espèces rares. Et aux agressions répétées de visiteurs peu scrupuleux. Circonscrit à la commune de Chelles faute de réponse favorable de Gagny, le projet de l’Anca consiste à « sanctuariser » 5 à 6 ha au sommet du Montguichet.

Pour recréer le sol des origines, pollué par des remblais, l’association souhaite « faire venir quelques dizaines de mètres cubes de marnes provenant des carrières actuellement en exploitation par Placoplatre à Vaujours » puis laisser faire la nature… et un troupeau de chèvres. Des visites pédagogiques seraient ensuite organisées.

En contrebas poussent aujourd’hui des plants de maïs. L’Anca rêve de les faire coexister avec des vignes et un verger associatifs, ainsi qu’un céréalier et un maraîcher bio.

« Notre idée n’est pas de nous approprier le terrain mais d’en confier le développement et la gestion aux associations volontaires », précise Christophe Nedelec.

L’Amap de Chelles, qui croule sous quelque 300 demandes de paniers bio, pourrait s’associer à la démarche. Bien ficelé sur le papier, le projet doit encore obtenir l’aval de Saint-Gobain, et un éventuel financement à hauteur de 50 000 € par an. « Nous apprécions l’idée proposée pour le secteur du Montguichet mais pour l’heure, rien n’est tranché », confie, prudent, un cadre du groupe. La Fondation de l’entreprise, réunie en conseil d’administration, devrait clarifier sa position le 30 octobre.

Christel Brigaudeau

Edition Seine et Marne

parisien77_0909_1w.jpg

Edition Seine Saint-Denis

parisien93_0909w.jpg

samedi 29 août 2009

IMPORTANT : Le cabinet des élus de Chelles et la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine soutiennent le projet de la côte du Beauzet

logoChelles.jpg mclogo.jpg

Voici une nouvelle capitale pour le devenir du projet de l'ANCA de préservation et de valorisation de la côte du Beauzet situé sur la commune de Chelles.

Anca Projet Beauzet 1/14

En effet, le projet sera présenté au conseil municipal du 25 septembre 2009 de la commune de Chelles et cela accompagné d'une note de présentation favorable de la part du cabinet élus de la commune et du vice-président de la communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine.

Voici donc le courrier officiel, que nous a été adressé pour exprimer le soutien favorable de Mme Lavorata (Conseillère Municipale Déléguée, Chargée du développement durable et de l'écologie urbaine) et de Mr Rodriguez (Vice Président de la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine).

Après les soutiens de Nature Environnement 77 et de la Société Nationale de Protection de la Nature, ce projet d'avant-garde semble de jour en jour se rapprocher des portes de notre réalité.

Cliquer pour agrandir :

Beauzet_Chelles_1w.jpg

Beauzet_Chelles_2w.jpg

jeudi 16 juillet 2009

Le trou Brugnotte de la côte du Beauzet ou Montguichet

Souvenir, un internaute nommé Hugo-Marchioni nous avait parlé du trou Brugnotte situé sur la côte du Beauzet ou Montguichet à Chelles.

Il en avait parlé en ces termes : Je me souviens aussi être aller voir le trou Brugnotte, au pied de la cote de Beauzet, un site très particulier à l'atmosphère étrange, un gouffre naturel dans une végétation luxuriante, en forme d'entonnoir effondré où les eaux d'une autre petite source proche venaient se perdre pour ne plus reparaître.

Le trou Brugnotte sur googlemap

Et bien, nous sommes allés à la recherche de celui-ci. Nous avons suivi 3 petits ruisseaux venant de Montfermeil et inéluctablement leurs lits nous ont amené à cet endroit magique. Par temps de pluie, les ruisseaux enflent et leurs eaux viennent se perdre dans ce trou dans la masse de gypse, perdu au milieu de la forêt dense du Beauzet.

Le trou Brugnotte

Le trou Brugnotte

Le trou Brugnotte

Le trou Brugnotte

Le trou Brugnotte

mardi 7 juillet 2009

Carrière Saint-Pierre de Gagny : Nos observations naturalistes du mois de Juillet 2009 2/3

Profitant des jours de beaux temps, nous nous sommes souvent baladés dans la carrière Saint-Pierre de Gagny-Chelles pendant le mois de juillet. Voici donc les observations naturalistes les plus importantes que nous avons réalisées.

La seule station Epiaire dressée (Stachys recta L.) de Seine Saint Denis :

Cette espèce des milieux arides à opposer avec sa cousine la fréquente Epiaire des bois est rarissime en Seine Saint Denis. En effet, la carrière Saint-Pïerre de Gagny-Chelles abrite la seule station connue du département. Malheureusement cette unique station est menacée par le projet de la mairie de Gagny d'édifier un gymnase sur l'unique parcelle qui l'héberge.

Epiaire dressée, (Stachys recta L.)

Epiaire dressée, (Stachys recta L.)

Nouvelle observation d'importance : Alain Thellier a découvert la présence d'un cormier ou sorbier domestique en bas de la grande pente.

Le cormier est un arbre de plus en plus rare. Il figure sur la liste des espèces en danger en Suisse et en Autriche. Il est protégé en région Ile de France. La présence d'un petit spécimen indique la présence proche de géniteurs que nous n'avons pas encore identifié. Les fruits, comestibles après blettissement, servaient aussi à préparer une boisson faiblement alcoolisée (piquette de cormes).

Le bois de cormier est parmi les plus durs bois indigènes en France. Il a longtemps été le plus prisé pour la confection des fûts d'outils de corroyage (rabots, rifflards, varlopes, guillaumes...), le pommier massif ou en semelle rapportée étant moins apprécié. Il fut aussi utilisé pour réaliser des outils de traçages, règles, trusquins, et de toise. Dans les moulins , les dents rapportées (alluchons) sur couronne en fonte de l'engrenage multiplicateur étaient faites en cormier.

Source : wikipedia

Le cormier ou sorbier domestique (Sorbus domestica L.)

Carrière Saint-Pierre de Gagny : Nos observations naturalistes du mois de Juillet 2009 1/3

Profitant des jours de beaux temps, nous nous sommes souvent baladés dans la carrière Saint-Pierre de Gagny-Chelles pendant le mois de juillet. Voici donc les observations naturalistes les plus importantes que nous avons réalisées.

Papillons Demi-Deuil (Melanargia galathea Linnaeus 1758) :

Ce papillon de la famille des Nymphalidae, pourtant si abondant autrefois est devenu rare en région Ile de France. Au point que sa présence est déterminante dans le classement des Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique dans notre région (ZNIEFF). On dit qu'il est le pollinisateur des Orchis Pyramidal (voir plus loin). Ils volent par centaines dans la carrière en ce mois de Juin-Juillet.

Le demi-deuil (Melanargia galathea Linnaeus 1758)

Le demi-deuil (Melanargia galathea Linnaeus 1758)

Argus (Lysandra bellargus) :

Azuré bleu céleste ou Le bel Argus est un insecte lépidoptère de la famille des Lycaenidae. Il apprécie comme le papillon Demi-Deuil, les prairies et les milieux ouverts comme la steppe de carrière Saint-Pierre.

Argus - Lysandra bellargus

Orchis Pyramidal (Anacamptis pyramidalis) :

Cette orchidée sauvage des prairies sèches et ensoleillées a été bien représentée dans la carrière cette année. Nous avons même découvert une station de 50 pieds dans un périmètre de 10m2 à la lisière de Gagny-Chelles (Une vision furtive du Paradis). Un total de 4 stations ont été découverts (Pelouse au dessus du petit vallon, en haut de la grande pente, et 2 stations en limites de gagny-chelles sur la steppe de remblais).

Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis)

Oprhys Abeille (Ophrys apifera) :

Cette orchidée sauvage qui affectionne beaucoup les sols chauds secs et bien ensoleillés a également été bien observée sur la carrière avec une soixantaine de pieds répartis sur toute la carrière.

Ophrys abeille (Ophrys apifera).

Orchis Bouc (Himantoglossum hircinum) :

La station de cette orchidée qui respire l'étable, a été découverte l'année dernière. Depuis, elle semble avoir pris de l'ampleur avec une trentaine de pieds. Nous sommes loin des milliers de pieds du plateau d'Avron mais c'est un signe très encourageant.

Orchis bouc (Himantoglossum hircinum)

jeudi 4 juin 2009

La flore de la côte du Beauzet (Chelles) : l'Ophioglosse

L'Ophioglosse commun ( Ophioglossum vulgatum ) ou Ophioglosse vulgaire est une fougère de la famille des Ophioglossaceae. Elle est aussi appelée Langue de serpent, Ophioglosse des Alpes ou Herbe sans couture. C'est une fougère vivace à développement printanier qui disparait après la libération des spores. Elle pousse dans les clairières forestières et dans la fraicheur printanière des pelouses marneuses.

Ophioglosse commun ( Ophioglossum vulgatum ) ou Ophioglosse vulgaire

L'Ophioglosse commun présente une seule fronde non persistante qui apparaît chaque année à partir d'un rhizome souterrain court et dressé. Cette fronde stérile est ovale, glabre, et elle présente une certaine ressemblance avec une feuille de tulipe. Elle engaine le pétiole de la fronde fertile lors de la croissance de cette dernière.

Ophioglosse

Cette plante est désormais très rare en région Ile de France, elle est une espèce qui a été déterminante dans le classement en ZNIEFF* de la carrière Saint-Pierre et de la côte du Beauzet. Ces rares stations sont menacées par la pratique du moto cross sur les chemins.

Elle est localisée au bord des chemins de la carrière du Beauzet.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ophioglossum_vulgatum. Source : Atlas de la flore sauvage de Seine-Saint-Denis.

mardi 26 mai 2009

25-05-2009 : La Parisien réalise un article sur notre opposition au projet de Gymnase sur la zone naturelle de la carrière Saint-Pierre

Trois associations s’opposent au projet de gymnase

Les carrières donnent décidément bien du souci à Michel Teulet, le maire (UMP) de Gagny. Son projet de gymnase sur la carrière de l’est est attaqué par trois associations, Gagny environnement, les Amis naturalistes du coteau d’Avron et les Abbesses de Gagny-Chelles. Elles ont déposé un recours devant le tribunal administratif contre la modification du plan d’occupation des sols (POS) voté en janvier dernier.

Article du Parisien du 25-05-2009 sur - Le procès du Gymnase

Le projet prévoit la construction d’un gymnase face au collège Théodore-Monod. Le maire s’appuie sur une promesse de vente du propriétaire, Saint-Gobain, pour un euro symbolique.

Le maire dénonce « les ayatollahs de la nature »

« Nous aussi voulons un gymnase pour la ville, mais pas sur ce site, explique Christophe Nédelec, de l’association des Abbesses. A cinquante mètres, Saint-Gobain possède des terrains dont l’aménagement n’entraînerait pas de difficultés. » « Un terrain vierge cédé gratuitement et une ancienne usine à racheter et à dépolluer, ce n’est pas le même coût », rétorque le maire.

Pour les associations, l’objectif est de préserver la nature sur le site. Les 65 hectares de l’ancienne carrière sont classés en Znief (zone naturelle d’intérêt faunistique et floristique) et présentent une importante biodiversité. Le conseil régional a récemment recommandé son classement en espaces verts. Un projet associatif est à l’étude pour transformer l’ensemble du site en parc régional. « Une première construction, ce serait le début du mitage », craint Jean Denis, de Gagny environnement, qui pointe également la présence d’une ligne à haute tension. « Une mesure à l’encontre du Grenelle 2 de l’environnement, juge-t-il. Dans certains départements, les constructions sont interdites sous les lignes. Malheureusement, ce n’est pas le cas en Seine-Saint-Denis. ».

Pour le militant associatif, « la leçon du plan local d’urbanisme (PLU) n’a servi à rien ». En mars, après un marathon de quatre ans, le Conseil d’Etat a annulé le PLU, attaqué par Gagny environnement. « C’est toujours la même absence de concertation. Ça représente beaucoup d’argent dépensé et des projets municipaux qui n’avancent pas », déplore Jean Denis.

Un argument balayé par Michel Teulet. « On ne va pas les consulter chaque fois qu’on construit un gymnase. Après avoir rencontré un membre de l’association des Abbesses, nous avons décidé de revoir le projet en le rapprochant de la route. La surface concernée n’est que de 2 000 m 2 sur un total de 500 000 m 2 . Le problème, c’est que j’ai une vision humaniste, je pense aux 600 enfants concernés par ce gymnase. En face, ce sont des ayatollahs de la nature. »

Gireg Aubert | 25.05.2009, 07h00

Il est important de préciser comme le montre l'article suivant que l'emplacement choisi pour le gymnase est situé dans le secteur du Petit Vallon qui est le plus riche en biodiversité de la carrière Saint-Pierre : 22-05-2009 : Visite du secteur du Petit Vallon de la carrière Saint-Pierre de Gagny-Chelles.

Que le gymnase soit situé à proximité de l'emprise du vieux chemin de Meaux ou pas, les travaux de terrassement du futur chantier et les apports de remblais vont irrémédiablement détruire les biotopes du secteur. Déplacer de seulement quelques mètres le projet, ne va pas changer cette réalité. La présence des lignes à haute tension n'est également pas résolu par ce très léger remaniement qui ressemble pour nous à un simple effet d'annonce.

Communiqué officiel d'Europe Ecologie et des Verts sur le devenir de la carrière Saint-Pierre et la côte du Beauzet de GAGNY-CHELLES

EUROPE ÉCOLOGIE ET LES ÉCOLOGISTES DE SEINE-SAINT-DENIS SOUTIENNENT LA LUTTE DES ASSOCIATIONS LOCALES POUR SAUVEGARDER LES BIOTOPES NATURELS DE LA CARRIÈRE SAINT PIERRE À GAGNY.

Jeudi 21 mai, les candidats Séquanodionysiens d’Europe Ecologie, Fatima Laronde et Lino Ferreira, ainsi que Sylvie Duffrène, Conseillère régionale Verte, ont visité la carrière Saint-Pierre et la côte du beauzet situées à cheval sur les communes de Gagny (93) et de Chelles (77).

Visite des Verts et d'Europe Ecologie

Temps voilé, mais température agréable et ambiance studieuse pour cette promenade de trois heures, qui a permis à la trentaine de personnes présentes de faire le tour du territoire gabinien de cette ancienne carrière à gypse laissée à l’abandon depuis l’arrêt de l’exploitation, en 1939.

Elles ont découvert la variété des paysages que recèle ce site classé « Zone naturelle d'intérêt écologique, floristique et faunistique de type 1 » ou ZNIEFF, en langage d’urbaniste. Ainsi que la variété étonnante des espèces de plantes, arbres et fleurs, présentes sur ce site - dont certaines sont rares et/ou protégées. Sans parler de la richesse ornithologique de ce haut lieu de la biodiversité de la région Ile de France.

Les Verts de Seine-Saint-Denis et les candidats d’Europe Ecologie réaffirment leur soutien au projet de création d’un parc classé en zone Natura 2000 et en Espace naturel sensible (ENS) d’une centaine d’hectares, dont l’objectif sera de favoriser la biodiversité en milieu urbain. D’autant plus que, la partie Chelloise du site est déjà classée en ENS. Ce parc assurera la protection de la faune et de la flore naturelles, tout en permettant le développement d’activités de loisirs et la valorisation du patrimoine culturel et historique.

Informations sur le projet sur : http://blog.parc-gagny.info/

Les Verts s’engagent à :

  • défendre ce projet auprès du conseil général de Seine Saint-Denis et auprès du conseil régional d’Ile-de-France,
  • demander l’intervention de la Diren (Direction régionale de l’environnement de la région Ile-de-France),
  • demander une évaluation du projet de construction d’un gymnase pour le collège, sur la Znieff, porté par la mairie de Gagny, par le Conseil général de Seine Saint-Denis,
  • négocier avec le groupe Saint Gobain, propriétaire d’une grande partie du site, pour obtenir son appui à la création du parc.

Le 22 mai 2009

Lino Ferreira, secrétaire des Verts 93

22-05-2009 : Visite du secteur du Petit Vallon de la carrière Saint-Pierre de Gagny-Chelles

Le 4 Avril 2009, nous avions tenté sur site de convaincre Mr Teulet en sa qualité de Maire de Gagny d'abandonner son projet de construire un gymnase sur la Zone d'Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique et de trouver un autre emplacement. Sur la parcelle prévue pour le futur gymnase Théodore Monod, nous avions essayé de lui expliquer l'intérêt écologique de ce secteur.

Comme nous étions au printemps, il nous a été difficile ce jour là de lui présenter des espèces rares menacées par ce projet. Cette réunion fut donc un nouvel échec dans nos tentatives de négociation pour préserver ce lieu important pour la biodiversité de l'Est Parisien.

Pour justement, démontrer l'intérêt écologique du petit vallon et de ses environs directement menacé par le projet municipal, voici des photos et des observations de plantes et de faunes rares réalisées dans le courant du mois de Mai 2009.

Il ne s'agit pas d'une étude exhaustive des biotopes du secteur mais une présentation de quelques unes des observations botaniques majeures réalisées dans le courant du mois de Mai 2009.

Les orchidées sauvages :

L'Orchis Pyramidal (8 pieds ont été observés sur la parcelle prévue par le gymnase)

Orchis pyramidal

L'Orchis Militaire (1 seul pied observé dans le petit vallon - Très rare en Seine-Saint-Denis) :

Orchis militaire

Orchis militaire

Observation nouvelle en 2009*

La Listère à feuilles ovales (Une trentaine de pieds ont été observés dans le petit vallon) :

La listère à feuilles ovales (Listera ovata)

Observation nouvelle en 2009*

Les plantes rares des pelouses calcaro-marneuses du secteur :

(Il convient de signaler qu'il y a bien d'autres plantes un peu moins rares observées au mois de Mai 2009 qui présentent un intérêt fort pour la biodiversité. Citons par exemple le carex glauque, le lin purgatif, le Lotus Maritimus, le Panicault, la Gaude, la Réglisse Bâtarde ect.) :

Rhinanthe à crête de coq (Nombreux pieds sur la parcelle prévue pour la gymnase - Assez rare en Seine-Saint-Denis car il n'existe que 2 autres stations connues dans le département) :

Rhinanthe à crête de coq

Epiaire droite (10 pieds observés sur la parcelle du Gymnase - Très rare, c'est la seule station connue en Seine-Saint-Denis) :

Epaire_droite

Coqueret ou Amour en cage (Plusieurs pieds observés sur la parcelle du Gymnase, Très rare à l'état sauvage, c'est la seule station connue en Seine-Saint-Denis) :

alkekenge_-ou-amour-en-cage.jpg

La preuve que la parcelle prévue pour le gymnase est un lieu de ponte important pour les mantes religieuses :

En effet, un grand nombre d'oothèques de Mante Religieuse (Membrane-coque qui protège la ponte) ont été observés sur le site prévu pour édifier le gymnase Théodore Monod.

Oothèque de Mante Religieuse

Ce site est donc sans nulle-doute d'une grande importante pour la reproduction de cet insecte protégé en région Ile de France. Voici la photo d'un spécimen adulte prise dans la carrière Saint-Pierre en août 2008 :

Mante-Religieuse_1.jpg

- page 1 de 3