Mot-clé - carrières

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 17 octobre 2013

Gagny - Chelles - Montguichet : l'automne est arrivé

L'automne est arrivé au Montguichet. Le vivant, en attendant la rançon à payer pour sa protection, se prépare aux rudesses de l'hiver.

IMG_1871_2_3.jpg

Panorama depuis les hauteurs du Montguichet.

IMG_1850_1_2.jpg

IMG_2277_8_9_tonemapped.jpg

Les fronts de taille de la carrière Saint-Pierre

IMG_9525.jpg

Les cormiers commencent à perdre leurs feuilles. Cormier (Sorbus domestica), arbre rare seulement 3 stations connues en Seine Saint-Denis. Espèce déterminante ZNIEFF.

IMG_9579.jpg

Les dernières femelles de Mante religieuse vont bientôt pondre.

IMG_9566.jpg

La floraison du lierre fait le bonheur des abeilles afin de compléter leurs réserves hivernales.

IMG_2246.jpg

Les artichauts qui poussent spontanément dans les champs sont en graines.

IMG_2252_3_4_tonemapped.jpg

IMG_2077.JPG

Les champignons percent de partout.

IMG_2267.jpg

Une belle fin de saison pour les soucis (Colias Crocea)

IMG_2271_2_3_tonemapped.jpg

lundi 7 octobre 2013

Chelles / Montguichet : Rencontre avec Allain Bougrain-Dubourg

BIODIVERSITE : Rencontre avec Al!ain Bougrain-Dubourg, Vendredi 11 Octobre 2013.

LNN_JOU_LPOO

Allain Bougrain-Dubourg

LE VENDREDI 11 OCTOBRE 2013

2 Rendez-vous avec Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) organisés en partenariat avec les Amis de la Nature 77, les Amis de la Terre 77 et Nature Environnement 77 :

  • 18.00 h - 19.00 h à CHELLES (77500) : Visite du Montguichet, l'un des bastions de la biodiversité de l'est parisien, animée par l'association "Les Abbesses de Gagny-Chelles". Remarque : prévoir des chaussures adaptées

► Rendez-vous au 57 rue du Clos Roger 77500 Chelles

Montguichet_03032013_Epervier_02.jpg

Les éperviers d'Europe du Montguichet
  • 20.30 h - 23.00 h à VILLEPARISIS (77270) : Conférence-débat avec Alain Bougrain-Dubourg

Conférence-débat d'Allain Bougrain-Dubourg « Du local au global, la préservation de la biodiversité : un enjeu majeur ! »

Dédicace de son dernier livre « Dictionnaire passionné des animaux »

► Rendez-vous à la Maison pour tous (MPT)

3 chemin de la Couronne 77270 Villeparisis

IMG_9579.jpg

Les Mantes Religieuses du Montguichet

mardi 17 septembre 2013

Décharge illégale à Gagny : Le communiqué d'Eva Joly

Suite à notre article : La mairie de Gagny convaincue par la justice de polluer le Montguichet, et la parution d'un article dans la presse sur cette affaire : Décharge sauvage dans une Zone Naturelle : le maire de Gagny persiste et signe, le sujet ne cesse d'agiter les esprits.

Ainsi, en date du 17 septembre 2013, Eva Joly, députée européenne d'Ile de France et ancienne candidate à l’élection présidentielle, a jugé utile de diffuser un communiqué de presse lié à cette affaire.

eva_joly_montguichet_01.JPG

eva_joly_montguichet_02.JPG

Eva Joly avec hullnudd

24/02/2011 - Eva Joly en visite dans les anciennes carrières de Gagny-Chelles

Gagny : la justice reconnaît l’illégalité de la décharge.

Eva Joly, députée européenne d'Ile de France, interpellée par les associatifs et militants écologistes de Gagny, souhaite apporter son soutien à leur combat :

En février 2011, je me rendais à Gagny (93) pour la première fois. Sous la pluie et dans la boue, je découvrais le site de la carrière Saint-Pierre, transformé depuis des années en déchetterie à ciel ouvert.

La justice a reconnu ces faits et souligné que de manière constante et par solution de facilité des objets volumineux étaient déposés en nombre sur ce terrain, non habilité à cet effet.

Déjà à l'époque, j'avais salué le travail incroyable effectué par les associations locales de défense de l'environnement qui n'avaient cessé d'alerter et d'agir pour préserver cette zone naturelle classée d'intérêt écologique floristique et faunistique.

La décision de justice, ayant reconnue la validité des propos tenus par les associations locales, doit être suivie d'effets. Tout d'abord, la zone doit être définitivement réhabilitée. Mais plus encore, il est nécessaire de questionner les faits et les responsabilités qui ont conduit à une pollution "de facilité".

La question de la gestion des déchets et celle de la protection des territoires sont parmi les principaux enjeux qui doivent animer la campagne des élections municipales. Les inégalités de traitement et la multiplication des abus appellent une reprise en main par les citoyens de leur territoire.

Pour le dire simplement, les habitants de Gagny méritent mieux que ça.

Eva Joly

mercredi 11 septembre 2013

Décharge sauvage dans une Zone Naturelle : le maire de Gagny persiste et signe

Suite à notre article : La mairie de Gagny convaincue par la justice de polluer le Montguichet, la presse s'est emparée de l'affaire.

Ainsi, dans la parution du 11/09/2013 du Parisien, le Maire de Gagny en la personne de Monsieur Teulet persiste et signe. Selon les propos du Maire retranscrits par la journaliste en charge de l'article : Michel Teulet considère qu'il n'y a rien n’est répréhensible dans le fait d’autoriser le dépôt de déchets dans une zone naturelle et sur des terrains privés.

Article du Parisien sur les déchets dans la carrière Saint-Pierre

LE PARISIEN - Edition Seine-Saint-Denis en date du 11/09/2013

Le Maire de Gagny est également le président de l'Association des Maires d'Ile de France.

Quel message désire t'il adresser à tous les maires de la région avec ce genre de propos dans la presse ?

Ainsi, tous les maires d'Ile de France seraient-ils habilités à transformer leurs milieux naturels en décharges ?

Cela n'est il pas contraire au code de l'environnement ?

Voila donc le genre de déchets que le Maire de Gagny considère comme normal dans une zone naturelle (Photos prises le 09/09/2013) :

IMG_1359_60_61.jpg

IMG_1455_6_7.jpg

IMG_1452_3_4.jpg

IMG_1449_50_51.jpg

LE PARISIEN - Edition Seine-Saint-Denis en date du 11/09/2013 :

GAGNY

Il était mis en cause sur Internet pour une déchetterie illégale : Le maire perd en appel Face au blogueur

Il est débouté pour la seconde fois. En avril 2010, le maire UMP de Gagny, Michel Teulet, avait déposé plainte pour diffamation contre Eric Gerschel, directeur de la publication du blog Gagny actualités et opposant politique — Eric Gerschel était candidat pour les municipales en 2008 sur la liste sans étiquette de Jim Dhoëdt.

Eric Gerschel avait repris sur son site une information émanant d’un autre blog spécialiste d’environnement, les Abbesses de Gagny-Chelles. Son président Christophe Nédélec y dénonçait une déchetterie à ciel ouvert, nourrie en toute illégalité par les propres services de la ville, sur la carrière Saint- Pierre, zone naturelle classée d’intérêt écologique floristique et faunistique.

Le tribunal de grande instance de Paris a rejeté une première fois la plainte du maire. Ce dernier a fait appel et, en mai dernier, les magistrats de la cour d’appel ont confirmé le premier jugement. Ils reconnaissent le bien fondé des dénonciations des blogs et considèrent que, sur la carrière Saint-Pierre, « de manière constante et par solution de facilité des objets volumineux étaient déposés en nombre sur un terrain non habilité à cet effet ».

Le maire est convaincu dans le jugement « d’inciter le personnel communal du centre d’apport volontaire de la ville qu’il dirige, à enfreindre la loi en polluant un site protégé ».

Un sujet « secondaire » selon Michel Teulet

L’association de protection de l’environnement qui vient de prendre connaissance des conclusions de l’appel réagit. « C’est le deuxième jugement sur le fond qui nous donne raison. C’est définitif », se félicite Christophe Nédélec en lutte depuis neuf ans sur cette question.

« Il y a toujours des déchets sur place. Nous demandons à la préfecture de Seine- Saint-Denis d’intimer l’ordre à la mairie de Gagny de nettoyer l’intégralité des pollutions dans la carrière », poursuit le militant.

En mairie, le sujet est jugé « secondaire » par Michel Teulet. Le maire qui n’a pas, dit-il, « les éléments en tête dans ce dossier car bien d’autres sujets plus importants à régler », se contente d’affirmer qu’il va se pourvoir en cassation. Lors de l’audience, Michel Teulet avait dénoncé, par la voix de son avocat, « l’aspect politique » de cette affaire.

Selon lui, rien n’est répréhensible dans le fait d’autoriser le dépôt de déchets sur la carrière, puisqu’il revient au maire de décider de la gestion des déchets sur sa commune.

L’un des agents de la ville a également reconnu que du fait d’une surcharge du centre de dépôt, « des structures ont été posées sur une autre partie », laissant entendre que la pratique était courante en mairie. « Ces objets devaient être réutilisés, ça ne gênait en rien », a tenté d’expliquer de son côté un adjoint au maire. Autant d’arguments qui n’auront pas convaincu les magistrats.

MARIE-PIERRE BOLOGNA

Souvenirs d'été au Montguichet suite et fin - Partie 3

Le retour des vacances a été le moment des retrouvailles avec le Montguichet. Malgré l’assaut incessant des Quads, des 4x4s décérébrés et de ceux qui le confondent avec une décharge, il a su encore et encore nous délivrer quelques uns de ses secrets.

Le Montguichet a besoin de nous, pour le protéger de nous même !!!

IMG_1413_4_5.jpg

Prairie de la carrière Saint-Pierre.

IMG_1799.JPG

31/08/2013 - Montguichet - Chelles : Sympêtre strié ( Sympetrum striolatum )

IMG_1908.JPG

08/09/2013 - Carrière Saint-Pierre : Phanéroptère commun ( phaneroptera falcata )

IMG_1109.JPG

14/07/2013 - Carrière Saint-Pierre : Artichaut ( Cynara scolymus )

IMG_9442.JPG

14/07/2013 - Carrière Saint-Pierre : Apis Mellifera sur Mélilot blanc

IMG_1051.JPG

07/07/2013 - Carrière Saint-Pierre : Epiaire dressée (Stachys recta )

IMG_9296.JPG

07/07/2013 - Carrière Saint-Pierre : Orthétrum réticulé Femelle ( Orthetrum cancellatum )

IMG_1780.JPG

31/08/2013 - Carrière Saint-Pierre : Conocéphale gracieux ( Ruspolia nitidula )

Voir l'album photos complet avec plus de photos et d'observations sur Google Picasa :

Fin d'été au Montguichet

mardi 10 septembre 2013

La mairie de Gagny convaincue par la justice de polluer le Montguichet

Article publié le 07/09/2013, Par Christophe Nédélec en sa qualité de président de l'association "Les Abbesses de Gagny-Chelles".

Courant 2010, nous avions signalé sur notre site la présence massive et récente de déchets et d'ordures dans la carrière Saint-Pierre de Gagny.

Ces déchets semblaient très probablement provenir du centre d'apport volontaire de la ville.

Voir les articles suivants pour de plus amples renseignements :

Nous avions adressé, en vain, des courriers en Mairie en mettant la préfecture en copie afin que des investigations soient réalisées et que des opérations de nettoyage soient opérées.

En effet, la carrière Saint-Pierre de Gagny, composante d'un site plus vaste nommé le Montguichet situé sur les communes de Chelles, Montfermeil et Gagny est classée en Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique de type 1.

dechets_centre_4.jpg

07/03/2010 : Déchets constatés aux abords directs du centre d'apport volontaire de Gagny.

Nos articles avaient alors été relayés par un autre blog de la ville de Gagny. Monsieur le Maire, en la personne de Monsieur Michel Teulet, s'est alors porté partie civile en attaquant le propriétaire de ce blog en diffamation.

Pollution_carriere_small.jpg

Plan des déchets recensés en 2010 par Les Abbesses de Gagny-Chelles

Après des années de procédures, la cour d'appel a donc finalement rendu le 23/05/2013, un jugement définitif sur le fond. Monsieur Teulet a donc été débouté de son attaque comme en première instance.

La justice a donc considéré que, nous citons le rendu du jugement, "de manière constante et par solution de facilité des objets volumineux étaient déposés en nombre sur un terrain non habilité à cet effet".

La justice confirme donc nos soupçons, la municipalité de Gagny a donc, selon la justice, bien pollué pendant des années et de façon constante la Zone Naturelle de la Carrière Saint-Pierre du Montguichet et cela en toute illégalité.

Il s'agit bien là de faits extrêmement graves confirmés par une décision de justice en première instance et en appel.

Voici un lien vers le rendu de l'appel : Arret_de_la_Cour_d_appel_de_PARIS_du_23.05.2013_hide.pdf

Le nom du blog et de son propriétaire ont été volontairement masqués même si le rendu du jugement en appel est publique comme toute décision de justice.

Nous demandons donc à la préfecture de Seine-Saint-Denis d'intimer l'ordre à la mairie de Gagny de nettoyer l'intégralité des pollutions introduites illégalement par le personnel communal dans la carrière Saint-Pierre.

Il semblerait que malgré les procédures judiciaires ces agissements ce soient poursuivis. En effet, nous avons localisé, le 01/09/2013, de nouveaux apports de remblais dont des plaques de fibro-ciment amiantées aux abords directs du centre d'apport volontaire de la commune.

IMG_1359_60_61.jpg

01/09/2013 : Dépôt illégal de remblais à 30 mètres de l'accès dérobé du centre d'apport volontaire de Gagny

IMG_1380_1_2.jpg

01/09/2013 : Dépôt illégal de déchets amiantés à 10 mètres de l'accès dérobé du centre d'apport volontaire de Gagny

Nous demandons donc officiellement à la préfecture de faire respecter la loi et d'intimer l'ordre à la commune de Gagny de faire cesser ces agissements et de procéder au retrait de toutes les pollutions qu'elle a sciemment occasionnée.

Au sujet du projet l'acquisition de 7ha de la carrière Saint-Pierre aux abords du centre d'apport volontaire de la ville. Nous demandons par mesure préventive que la préfecture invalide le processus de cession de ces terres à la commune au profit de l' Agence des Espaces Verts d'Ile de France.

Nous allons consulter les autres associations de protection de l'environnement référentes du secteur afin d'étudier quelles peuvent être les démarches nécessaires et indispensables afin que la justice soit saisie de cette affaire.

CN

La Pollution du Montguichet

Souvenirs d'été au Montguichet - Partie 2

Le retour des vacances a été le moment des retrouvailles avec le Montguichet. Malgré l’assaut incessant des Quads, des 4x4s décérébrés et de ceux qui le confondent avec une décharge, il a su encore et encore nous délivrer quelques uns de ses secrets.

Le Montguichet a besoin de nous, pour le protéger de nous même !!!

IMG_1440_1_2.jpg

Le front de taille de la carrière Saint-Pierre.

IMG_1899.JPG

08/09/2013 - Carrière Saint-Pierre : Mante Religieuse Mâle ( Mantis Religiosa )

IMG_9381.JPG

14/07/2013 - Carrière Saint-Pierre : Scène d'amour d'un Bourdon Forestier (Megabombus sylvarum) à une Vesce à grappes (Vicia cracca). Cette espèce de Bourdon est protégée en région Ile-de-France

IMG_9334.JPG

07/07/2013 - Carrière Saint-Pierre : Libellule déprimée mâle ( Libellula depressa )

IMG_9212.JPG

30/06/2013 - Demi-deuil (Melanargia galathea) ou Échiquier ou Échiquier commun ou Arge galathée

IMG_0975.JPG

30/06/2013 - Carrière Saint-Pierre : Hérisson commun (Erinaceus europaeus)

IMG_9276.JPG

07/07/2013 - Carrière Saint-Pierre : Gomphe de Graslin ( Gomphus graslinii )

A suivre...

Souvenirs d'été au Montguichet - Partie 1

Le retour des vacances a été le moment des retrouvailles avec le Montguichet. Malgré l’assaut incessant des Quads, des 4x4s décérébrés et de ceux qui le confondent avec une décharge, il a su encore et encore nous délivrer quelques uns de ses secrets.

Le Montguichet a besoin de nous, pour le protéger de nous même !!!

IMG_1428_29_30.jpg

Le front de taille de la carrière Saint-Pierre.

IMG_1891.JPG

08/09/2013 - Carrière Saint-Pierre : Mante Religieuse Mâle ( Mantis Religiosa )

IMG_9497.JPG

14/07/2013 - Carrière Saint-Pierre : Scène d'amour d'une andrène ( Andrena sp - Femelle ) au Mélilot Blanc ( Melilotus albus )

IMG_9326.JPG

07/07/2013 - Carrière Saint-Pierre : Orthétrum réticulé Femelle ( Orthetrum cancellatum )

IMG_9269.JPG

07/07/2013 - Carrière Saint-Pierre : Oeillet velu ( Dianthus armeria )

IMG_1028.JPG

30/06/2013 - Carrière Saint-Pierre : Rhinanthe crête de coq ou Rhinanthe velu ( Rhinanthus alectorolophus )

IMG_1809.JPG

31/08/2013 - Carrière Saint-Pierre : Verge d'or du Canada ( Solidago canadensis )

A suivre...

lundi 8 juillet 2013

Montguichet - GAGNY - Le Parisien : Une partie du Montguichet échappe à la région

Article du Parisien publié le 05/07/2013 Chelles. Un terrain de 7 ha racheté par Gagny

Une partie du Montguichet échappe à la région

MontguichetParisienTof032013.jpg

Olivier Thomas, le président de l’agence des espaces verts (AEV) d’Ile-de-France, indique « regretter » l’acquisition, votée le 17 juin dernier par le conseil municipal de Gagny (Seine-Saint-Denis), d’un terrain de sept hectares situé sur l’ancienne carrière de l’est. « L’AEV aurait été intéressée par l’acquisition de ce terrain, qui s’inscrit dans la continuité de la zone du Montguichet », un espace naturel de 160 ha qui s’étale sur Gagny, Montfermeil et Chelles. « Cela dit, ces sept hectares sont hors du Périmètre régional d’intervention foncière (Prif), nous n’étions donc pas prioritaires », a-t-il ajouté. Sur les terrains dont elle est propriétaire, l’AEV envisage de sanctuariser le Montguichet, pour qu’il reste un « poumon vert » en pleine zone urbaine, avec des chemins entre forêt et carrières pour les promeneurs et une zone maraîchère et agricole.

vendredi 28 juin 2013

Gagny - Chelles : Le montguichet où l'un des derniers espaces naturels de l'Est Parisien

Voici quelques photos du vivant sauvage des anciennes carrières de Gagny-Chelles.

IMG_0142_3_4.jpg

16/06/2013 - Gagny - Saint-Pierre : Entrée des cavages de première masse.

IMG_0622.jpg

16/06/2013 - Gagny - Saint-Pierre : Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis)

IMG_0189.jpg

01/06/2013 - Chelles - Montguichet : Machaon ou grand porte-queue (Papilio machaon).

IMG_0907.jpg

16/06/2013 - Chelles - Montguichet : Orchis militaire (orchis militaris).

IMG_0289.jpg

01/06/2013 - Chelles - Jardin des Abbesses : petites nymphes au corps de feu (Pyrrhosoma nymphula) en train de pondre dans la mare.

IMG_0751.jpg

16/06/2013 - Gagny - Saint-Pierre : Ophrys abeille (Ophrys apifera).

IMG_0845.jpg

16/06/2013 - Chelles - Montguichet : Orchis à deux feuilles (platanthera bifolia).

IMG_9014.jpg

16/06/2013 - Chelles - Montguichet : Libellule déprimée femelle (platetrum_depressum).

IMG_0088.jpg

26/05/2013 - Chelles - Montguichet : Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis) - Orchidée sauvage rare en IDF.

IMG_0651.jpg

16/06/2013 - Gagny - Saint-Pierre : Orchic Bouc (Himantoglossum hircinum).

Voir l'album photos complet avec plus de photos et d'observations sur Google Picasa :

Le Montguichet pour ceux qui peuvent

mardi 18 juin 2013

URGENT - MONTGUICHET : La mairie de Gagny s'empare de 7ha de la carrière Saint-Pierre.

Le groupe Saint-Gobain au travers de sa filiale PARTIDIS et de la SAFER IDF (Société d'Aménagement Foncier et d’Établissement Rural) a décidé de vendre 6 hectares de la carrière Saint-Pierre à la Ville de Gagny.

Ces terres normalement promises à l'Agence des Espaces Verts de la région Ile de France sont en passe d'être acquises par la commune de Gagny pour la modique somme de 187.702,59 € HT.

Comme l'indique l'ordre du jour du prochain conseil municipal, la mairie de Gagny affiche sans ambiguïté sa volonté de l'urbaniser pour "Polariser et équilibrer l'espace urbain".

Le conseil municipal de la ville de Gagny a voté cette acquisition ce Lundi 17 Juin 2013 à partir de 20h00. L'intégralité de la majorité a voté pour, l'opposition a voté contre.

IMG_0643_4_5.jpg

La carrière Saint-Pierre, cet hiver.

Pour rappel, la carrière Saint-Pierre fait partie d'un ensemble de milieux naturels exceptionnels de 160ha réparti sur 3 communes (Gagny, Chelles et Montfermeil) et 2 départements (Seine-Saint-Denis - 93 et Seine et Marne - 77).

Cet ensemble est appelé le Montguichet.

Classé en Zone Naturelle d'Intérêt Écologique Floristique et Faunistique de Type 1 (ZNIEFF), ce site est l'un des plus haut lieu de la biodiversité de l'Est Parisien avec son cortège d'espèces faunistiques et florales protégées au niveau national et régional.

Vouloir urbaniser ce site est un saccage environnemental d'envergure régional.

De plus, cette volonté d'urbanisation est contraire au Schéma Directeur d'Ile de France 2013 qui classe le Montguichet en espace naturel et en espace de loisirs : l'ordre du jour qui précise que ce projet d'acquisition est conforme au SDRIF 2013 est donc erroné.

Montguichet_03032013_Epervier_05.jpg

Les Éperviers d'Europe de la carrière Saint-Pierre

Cette volonté d'urbaniser la carrière Saint-Pierre est donc contraire à la volonté de la région Ile de France et de l'Agence des Espaces Verts de préserver ce maillon essentiel pour la vie sauvage francilienne.

Ces terres auraient du être acquises par l'Agence des Espaces Vert d'Ile de France comme l'ont été les terres du Montguichet situées sur les communes de Chelles et de Montfermeil.

Ces communes à l'inverse de Gagny ont su respecter ce site naturel rare en classant leurs parcelles en Espaces Naturels Sensibles (ENS) et en Espaces Boisés Classés (EBC).

IMG_4565.jpg

Une des onze espèces d'Orchidées sauvage du Montguichet : Ophrys Mouche.

Sachant que 25 ha sur les 47 de la carrière Saint-Pierre sur Gagny sont déjà la propriété d'un démolisseur/Concasseur du nom Wiame TP et promis à un destin tout aussi funeste, cette vente est donc une atteinte tragique au devenir du Montguichet sur Gagny.

De plus, une urbanisation de part et d'autre de l'ancien chemin de Meaux ou de Paris sera une porte ouverte vers la création d'une route entre les communes de Gagny et Chelles qui viendrait éventrer le Montguichet dans son ensemble.

IMG_0202.jpg

17/06/2013 : Le conseil municipal de Gagny responsable du vote.

Les abbesses de Gagny-Chelles condamne donc avec la plus grande fermeté à ce vote du conseil municipal.

Nous sommes également particulier outrés que cette vente à Gagny ait été organisée par la SAFER et l'AEV sans que les associations parties prenantes du projet du Montguichet aient été informées. Nous avons été mis dans le fait accompli. De plus, lors du dernier comité de pilotage du projet du Montguichet, les représentants de la SAFER et de l'AEV nous avaient affirmé que rien ne serait décidé avant la fin de l'année.

Extrait de l'ordre du Jour du Conseil Municipal de Gagny :

1073513939.jpg 2787042258.jpg

lundi 17 juin 2013

Montguichet - Le Parisien : Gagny veut construire sur le Montguichet

Logo Parisien

C’est une délibération qui fait bondir les associations de protection de l’environnement. Elle sera abordée, ce soir, au conseil municipal de Gagny (Seine-Saint-Denis). La mairie prévoit l’acquisition de près de 7 ha sur l’ancienne friche industrielle, également appelée le Montguichet, un « poumon vert » à cheval entre Gagny, Montfermeil et Chelles.

Montguichet_LeParisien_17062013

Si l’objectif de cette acquisition est flou — « polariser et équilibrer l’urbain » —, la mairie fait valoir qu’il s’inscrit dans le cadre du Schéma directeur d’Ile-de-France (Sdrif 2013) classant le secteur comme un « quartier de gare à densifier ». « Avec la loi Duflot sur le Grand Paris, nous devons intensifier la construction de logements sur Gagny et en ériger 860 par an. Pour les construire, il faut bien des terrains », se défend le maire, Michel Teulet (UMP).

Sauf qu’en l’état, le même Sdrif classe ces 6 ha comme une zone naturelle, donc inconstructible. Ce qui explique le très bon prix (187000 €) obtenu par la mairie auprès du propriétaire, la Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural). « Il y a dans le contrat une clause qui prévoit l’augmentation du prix d’achat si le terrain était rendu constructible », ajoute le maire, précisant que « la révision du plan local d’urbanisme est en cours, tout comme celle du Sdrif ». Sauf que les parcelles concernées, comme l’ensemble du Montguichet, se trouvent sur un terrain sous-miné et traversé par des lignes électriques à haute tension.

Christophe Nedelec, président de l’association les Abbesses de Gagny-Chelles, dont le projet pour le Montguichet a été repris dans sa quasi-intégralité par l’Agence des espaces verts (AEV) est furieux. « Six hectares sur 160, ça n’a pas l’air d’être beaucoup mais les parcelles que veut acquérir la ville de Gagny partent du collège Monod et longent le vieux chemin de Meaux, qui devient le vieux chemin de Paris à Chelles. Si le projet du maire aboutit, il ne restera qu’une bande de terre en zone naturelle. S’il urbanise le long de ce chemin, le Montguichet sera défiguré », prévient-il. Il sera, comme d’autres militants écologistes locaux, devant la mairie de Gagny à 20 heures pour manifester sa désapprobation.

Montguichet_LeParisien_17062013_93

jeudi 13 juin 2013

DHUIS - Fort de Vaujours : Article du Parisien du 13-06-2013

Logo Parisien

Courtry Une association d’amoureux du Fort de Vaujours se bat pour sa sauvegarde.

Ils veulent sauver le fort atomique en y créant un musée

Courtry. Une association d’amoureux du fort de Vaujours se bat pour la sauvegarde du site qui abrita des expérimentations d’explosifs à base d’uranium.

Marion Kremp | Publié le 13 juin 2013, 07h00

Vaujours_LeParisien_13062013

Courtry, le 8 mai. Dans un lieu où la nature a repris possession des 45 ha du fort, l’association l’Effort de Vaujours (à gauche) entretient et rénove une partie de la batterie sud, qui leur a été confiée par la communauté d’agglomération Marne et Chantereine. Ces « gardiens du fort » se relaient tous les jours, comme dans cette salle d’étude des composés explosifs (en bas à droite). Courtry, le 8 mai. Dans un lieu où la nature a repris possession des 45 ha du fort, l’association l’Effort de Vaujours (à gauche) entretient et rénove une partie de la batterie sud, qui leur a été confiée par la communauté d’agglomération Marne et Chantereine. Ces « gardiens du fort » se relaient tous les jours, comme dans cette salle d’étude des composés explosifs (en bas à droite). (LP/M.K.)

Une petite porte fondue dans le haut grillage. Derrière, une jungle végétale à travers laquelle seul un 4 x 4 ose s’aventurer. Pour pénétrer dans le fort de Vaujours, il faut montrer patte blanche aux gardiens. L’association l’Effort de Vaujours s’est vu confier les clés de la batterie sud par le propriétaire, la communauté d’agglomération Marne et Chantereine. L’espoir de la trentaine de passionnés du fort est d’y ouvrir un jour un musée de la fortification et de l’histoire industrielle du site du Commissariat à l’énergie atomique (CEA).

Passé l’enchevêtrement anarchique de décombres et de broussailles qui s’étend sur les 45 ha de cet ancien site d’expérimentation d’explosifs du CEA, les fortifications frappent par leur bon état. Bien installés sous l’une des voûtes de la batterie sud, les membres de l’association commencent leur journée par un café avant de se mettre au travail. Ils entretiennent à leurs frais la partie la mieux conservée de la batterie sud. Des jardinières en fleurs ainsi que quelques parterres aux pétales colorés décorent la cour.

Dans un large imperméable qui lui descend jusqu’aux pieds, chaussés de godillots de marche, Lisa Leclerc fait figure de chef de bande. « Nous sommes tous attachés au fort pour des raisons différentes, certains pour l’histoire, d’autres pour l’architecture fortifiée et d’autres encore pour la radioactivité et l’histoire nucléaire », explique la présidente de l’Effort de Vaujours. « Nous voulons que cela devienne un endroit où les gens pourraient enfin savoir ce qu’il s’est passé », lâche Hélios, 27 ans, le vice-président de l’association dont le pseudonyme masque l’identité.

Placée sous secret-défense, l’histoire atomique du fort reste pleine de mystères. C’est ici que le détonateur de la première bombe atomique française « Gerboise bleue » a été développé dès 1955. Durant près de quarante ans, des explosifs à base d’uranium y ont été testés .

Une pollution radioactive résiduelle persiste sur le site

La Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), assure qu’une pollution radioactive résiduelle persiste sur le site. Tandis que BPB Placo (ex-Placoplâtre), propriétaire de 33 ha du site, projette d’y ouvrir une carrière de gypse à ciel ouvert à l’horizon 2015.

L’association qui s’était un temps rapprochée du géant plâtrier avec l’idée du musée en tête, refuse aujourd’hui de nier la dangerosité potentielle d’une future carrière. « Ils étaient clairs avec nous, tant que nous ne parlions pas des « points chauds » radioactifs, mais rien ne prouve que le site a été décontaminé », déclare Hélios.

« Nous sommes opposés au « gros trou » de Placo, ajoute Lisa Leclerc, mais ce qui me préoccupe ce sont les eaux souterraines, il y a plusieurs puits de lavage qui servaient à rincer les casemates de tirs froids, je me demande ce qu’il y a au fond », s’interroge, suspicieuse la présidente. « Le manque d’information nuit au site, on se retrouve toujours face au silence alors que nous voudrions que le plus grand nombre puisse connaître l’histoire de ce lieu hors du commun », poursuit Hélios.

Protégée par le plan local d’urbanisme (PLU) de Courtry, les fortifications de la batterie sud sont, pour l’instant, à l’abri des projets de Placoplâtre et de Marne-et-Chantereine qui souhaite y développer une zone d’activité. « C’est important de vouloir maintenir la mémoire de ce secteur, mais sous quelle forme? », déclare le maire (PS) de Courtry, Jean-Luc Pilard. « La batterie sud a une valeur patrimoniale, elle a été bien réhabilitée par l’Effort de Vaujours, mais le fort, il faut en faire son deuil », annonce l’édile qui a récemment voté en conseil municipal une modification du PLU à la demande de Placo.

Quarante ans d’expériences

M.K. | Publié le 13 juin 2013, 07h00

sivaujoursmetaisconte

Avant de vider ses tiroirs à Vaujours en 1997, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) a offert à ses collaborateurs, entre 600 et 800 selon les périodes, les mémoires de ce qui est présenté comme une « aventure atomique ». Un ouvrage a été édité par les Editions du CEA dirigées par la Direction des applications militaires.

« Si Vaujours m’était conté, ou il était une fois dans l’est parisien », raconte dans le détail, souvent technique, les diverses expériences réalisées sur le site entre 1955 et 1997.

Ce sont les chefs de services et les ingénieurs de l’époque qui vantent leurs propres faits d’armes. « Il y eut durant ces années nombre d’incidents qui, après coup parfois, prêtèrent à rire, parfois firent froid dans le dos », raconte ainsi André Cachin (page 50), un des fondateurs du Centre expérimental de Vaujours, qui poursuit, « Un premier gros tir au Fort central, l’hiver 1951, eut des effets spectaculaires… J’avais placé une plaque de blindage de 100 kg (NDLR : sur l’explosif à base d’uranium)… La plaque transformée en cornet fut retrouvée à 1 km de là, près de la route de Meaux. »

Ce témoignage indique que des tirs à l’uranium ont été réalisés à l’air libre, ce qui laisse présager que les résidus radioactifs ont été disséminés au hasard sur le site et même à l’extérieur.

D’autres extraits parlent de « cadence de tirs qui oblige à commander par centaine les tabourets sur lesquels les engins explosifs étaient posés », ou encore « les charges d’explosif sont limitées en poids et pourtant ils (NDLR : la Direction des affaires militaires) font à court terme passer à des tailles beaucoup plus importantes ». En 1988, les ingénieurs de Vaujours veulent expérimenter d’autres explosifs plus réactifs, mais « bien souvent les concepteurs d’armes… veulent de l’uranium » (page 173).

dimanche 19 mai 2013

Villeparisis : SITA FD ou la colline de déchets ultimes

Vendredi 17 Mai 2013, les associations de protection de l'environnement ont été reçues pour une visite du site d'enfouissement de déchets dangereux classé "Seveso seuil haut" de la commune de Villeparis. Les associations présentes étaient l'ADENCA, Nature Environnement 77, Coubron Environnement et Les Abbesses de Gagny-Chelles.

En France, il existe qu'une douzaine de site de ce genre. Sept d'entre eux sont gérés par le groupe Sita dont celui de Villeparisis (Seine-et-Marne).

IMG_9807_8_9.jpg

Entrée du site SITA FD de Villeparisis

Ce site de 43 ha est exploité depuis 1977 par la société SITA FD anciennement France Déchets et filiale du Groupe Suez Environnement. Ce site est une ancienne carrière de gypse à ciel ouvert exploitée par la société Lambert dont les activités ont été acquises depuis par Placoplâtre (BPB Placo, filiale du groupe Saint-Gobain). Elle a donc été cédée le site en fin d'exploitation pour qu'elle devienne une décharge de déchets hautement toxiques !!!

Voilà un bel exemple de l'avenir promis aux carrières à ciel ouvert !!!

Selon la direction du site SITA FD de Villeparisis, les anciennes carrières à ciel ouvert sont géologiquement propices au stockage de déchets dangereux et celle-ci s'interroge sur l'extension du site sur les anciennes carrières en cours d'exploitation sur le secteur.

IMG_9829_30_31.jpg

Alvéole de stockage en cours d'exploitation

Ainsi, il est évident que les carrières de gypse à ciel ouvert en cours et possiblement à venir sont susceptibles de devenir de nouvelles décharges de déchets dangereux. Ceci est une motivation supplémentaire pour les associations de protection de l'environnement pour lutter contre l'extension des carrières à ciel ouvert sur le massif de l'Aulnoye. Pour rappel, ces associations sont fédérées autour du collectif "Sauvons la Dhuis" : http://sauvons.dhuis.fr

IMG_9865_6_7.jpg

Seulement une douzaine de sites de ce genre en France.

Le site SITA FD de Villeparisis n'est séparé que d'une route du Fort de Vaujours sur la commune de Courtry. Cet ancien site d’expérimentation nucléaire du Commissariat à l’Énergie Atomique est notoirement connu pour sa pollution en matières radioactives et présentent des risques non moins importants liés à la présence d’explosifs en subsurface, de pollutions aux métaux lourds (Arsenic, Mercure, Amiante, Cuivre, Plomb, Tungstène, Zirconium, etc.) et de pollutions chimiques (Dioxine, PCB, etc...).

Certains osent parler de la malédiction d'un territoire.

Pour plus d'information sur le Fort de Vaujours, veuillez prendre connaissance du dernier communiqué du collectif "Sauvons la Dhuis" : CEA - DHUIS : le conseil de municipal de Courtry approuve la destruction du fort de Vaujours..

Cette visite du site fait suite à l'incident majeur qu'il a subit le 17 février 2013. En effet, un incendie s'y est produit dans une alvéole de stockage. Ce dimanche-là, 200 tonnes de roche d’amiante ainsi que des fûts fermés contenant des poussières avec des doses d’arsenic, ont pris feu sur une surface de 500 m2 (Il a été évoqué un temps une surface de 2000m2).

Les pompiers ont bataillé toute cette journée pour éteindre l'incendie. En effet, pas moins de cinquante pompiers ont été mobilisés toute la journée pour circonscrire le sinistre.

Voir l'article du Parisien suivant : Incendie dans une usine Seveso à Villeparisis

IMG_9892.JPG

La direction du site en train d'expliquer les processus de stockage aux associations

Suite à l'incident, la direction du site nous a dit avoir réalisé des analyses atmosphériques. Ses analyses auraient été transmises à la préfecture. La direction s'est refusée à nous transmettre ces analyses. Elle estime, dans la mesure qu'une double enquête, administrative et judiciaire est ouverte que c'est du ressort de la préfecture décider de les rendre publique.

IMG_9911_2_3.jpg

Les jus récoltés au fond des alvéoles sont appelés des lixiviats.

Ainsi à la date de publication de cet article, soit 3 mois après les faits, les associations locales sont donc toujours dans l'incapacité d'estimer si les populations environnantes ont été exposées à des risques sanitaires notamment liés à l'amiante et à l'arsenic, ni dans quelles mesures !!!

La direction nous a assuré que les fumées ont été poussées par les vents vers Vaujours et Sevran en Seine-Saint-Denis.

Le site Villeparisis de SITA FD possède une capacité annuelle de stockage de 250000 tonnes de déchets dangereux particulièrement toxiques.

IMG_9841_2_3_tonemapped.jpg

Alvéole de stockage en cours d'exploitation

Le site reçoit majoritairement des déchets ultimes tels que les REFIOMs et des REFIDIS (Résidus d'épuration des fumées d'incinération des ordures ménagères et des déchets industriels). Ces déchets sont par nature très toxiques.

Les REFIOMs représentent 2 à 3% de la masse d’ordures ménagères icinérées. Ils sont chargés en dioxines et furannes, en métaux lourds (plomb, mercure, cadmium, ect) ainsi qu'en nombreuses substances chimiques. Il y a donc 20 à 25 kg de REFIOMS par tonne d’ordures incinérées.

IMG_9932_3_4.jpg

Traitement et stockage des terres souillées aux hydrocarbures

De plus, selon la direction, le site accueille d'autres déchets particulièrement dangereux. Ainsi chaque année, il y est stocké 6000 tonnes de Déchets Radioactifs de type DRNR (Déchets à Radioactivité Naturelle Renforcée ou Concentrée), 11000 tonnes de déchets contenant de l'amiante ainsi que des terres polluées aux hydrocarbures.

Le stockage des Déchets Radioactifs de type DRNR est très problématique car leur définition est subjective et particulièrement floue. Effectivement, cela correspond à tous les déchets radioactifs ne provenant pas des centrales nucléaires ou d'expérimentation atomique militaire ou civil, soit un large éventail de déchets divers.

La direction a été dans l'incapacité de nous expliquer quelle était la dangerosité réelle de ce type de déchets. En effet, les déchets qu'ils reçoivent de ce domaine sont très variés. Ils se sont tout de même engagés auprès des associations à fournir un état des lieux et des statistiques permettant de les caractériser. Ils nous ont également affirmé que par mesure de sécurité chaque chargement de déchets radioactifs était analysé par un laboratoire indépendant.

Il convient de préciser qu'en l'état actuel de nos connaissances seulement deux décharges de déchets dangereux reçoivent les Déchets Radioactifs de type DRNR sur le territoire français. L'autre décharge connue est celle de l'ancienne carrière de Bellegarde dans le Gard, celle-ci est également gérée par la société SITA FD.

En cas d'exploitation du Fort de Vaujours, les associations ont questionné la direction sur la possibilité que des déchets radioactifs en provenance de celui-ci soient stockés sur le site. La direction nous a affirmé qu'ils n'étaient pas habilités à stocker ce type de déchets car ils ne relevaient pas des DRNR et qu'ils seraient automatiquement détectés par les portiques de détection situés au poste de contrôle de l'exploitation.

Les REFIOMs et autres REFIDIS sont "stabilisés" en étant incorporés dans du ciment. Ce ciment est par la suite coulé dans des alvéoles dite de stockage. Les DRNRs et les autres déchets dont l'amiante sont recouverts de ces coulis de ciment toxiques.

IMG_9823_4_5.jpg

Usine de Stabilisation des REFIOMs

Il existe 10 alvéoles de stockage sur le site de Villeparisis.

La direction nous a assuré que l'étanchéité de ces alvéoles sera contrôlée pendant 30 ans après la fin d'exploitation du site conformément à la législation en vigueur.

Quelle est la durabilité à long terme de l'étanchéité de ces alvéoles ? La direction a été dans l'incapacité de nous apporter une réponse en assurant néanmoins suivre les législations en vigueur.

IMG_9883_4_5.jpg

Alvéole de stockage en cours d'exploitation

Au bout de la chaine du traitement des déchets, ce genre de site est donc le symbole de la fuite en avant de notre civilisation.

En effet, ces sites assurés que pour quelques dizaines d'années après exploitation, ne semblent pas apporter une solution durable pour les générations futures qui viendront à vivre auprès de ces héritages toxiques et radioactifs. De plus, les processus de l'exploitant ne sont pas exempts de risques pour les populations locales comme l'a démontré l'incident majeur du 17 Février 2013.

Nous venons très sérieusement à nous interroger sur le caractère durable et responsable de ce genre de décharge de déchets dangereux en milieu urbain.

Voir l'album photos complet avec plus de photos et d'observations sur Google Picasa :

SITA_FD_Villeparisis

mardi 14 mai 2013

Chelles : Le Montguichet et le temps des Orchidées

Les premières orchidées sauvages fleurissent au Montguichet. Comme chaque année, nous allons à leur recherche...

IMG_9795_6_7.jpg

Au dessus de la carrière oubliée du Beauzet

IMG_4565.jpg

13/05/2013 - Chelles - Montguichet : Ophrys mouche (Ophrys insectifera)

IMG_8970.jpg

07/05/2013 - Chelles - Montguichet : Orchis pourpre, (Orchis purpurea Hud.)

IMG_5032.jpg

13/05/2013 - Chelles - Montguichet : Néottie nid d'oiseau (Neottia nidus-avis)

IMG_5026.jpg

13/05/2013 - Chelles - Montguichet : Céphalanthère pâle dite de Damas (Cephalanthera damasonium)

IMG_4761.jpg

07/05/2013 - Chelles - Montguichet : Muscaris à Toupet ( Muscari comosum (L.) Mill. )

IMG_5036.jpg

Pour les abeilles c'est aussi le temps de l'essaimage...

Voir l'album photos complet avec plus de photos et d'observations sur Google Picasa :

Le mois des orchidées

vendredi 10 mai 2013

DHUIS - Fort de Vaujours : Article du Parisien du 09-05-2013

COURTRY

Le dernier conseil municipal vote à l’unanimité la révision du PLU

Un bois bientôt déclassé pour la future carrière de gypse

Parisien_Courtry_Plu_09052013

« La société plâtrière sollicite la collectivité pour qu’elle fasse évoluer son PLU (Plan local d’urbanisme) de manière à permettre la réalisation de son projet d’exploitation. »

Cette annonce est extraite de la délibération votée à l’unanimité par le conseil municipal de Courtry du 4 avril. Le maire (PS) Jean-Luc Pilard et les élus ont accepté de réviser le PLU concernant une parcelle classée en espace naturel boisé, qui jouxte le Fort de Vaujours où BPB Placo a pour projet de développer une carrière de gypse à ciel ouvert.

Près du Fort du Vaujours, la société BPB Placo compte exploiter une parcelle classée en Espace Naturel Boisé. (LP/M.K.)

Propriétaire de 33 ha sur l’ancien site du Centre de recherche atomique, « BPB Placo devrait déposer une demande d’autorisation d’exploitation en préfecture avant 2015 », avait déclaré Philippe Cortial, directeur des mines et carrières du groupe en février. Située au nord du Fort de Vaujours, la parcelle concernée par la modification du PLUest un espace boisé classé. « Une grande partie n’est déjà plus un bois mais une zone de pâturage », se défend lemaire qui promet une compensation « gagnante » puisque « la zone non boisée sera également compensée sur une autre parcelle de la commune, où seront plantés des arbres ».

Un risque sanitaire majeur selon des associations

« Nous modifions le PLU à la demande de Placo, sinon, nous ne l’aurions pas fait, cela représente beaucoup de travail pour nos services », ajoute l’édile qui assure « que cela se soldera par une enquête publique d’ici septembre ».

« Depuis quand des entreprises dictent aux communes leur plan local d’urbanisme ? Courtry n’a même pas attendu le dépôt officiel de demande d’exploitation et le résultat de l’enquête publique qui doit en découler. C’est antidémocratique et irresponsable », dénonce Christophe Nedelec du collectif d’associations protectrices de l’environnement « Sauvons la Dhuis ». Il demande « la mise en place d’une véritable concertation associée à une enquête publique approfondie ».

Le collectif alerte surtout sur le risque sanitaire majeur lié aux anciennes activités du site. Construit en 1883, le fort souterrain a servi de dépôt de munitions à l’armée allemande, avant d’être le théâtre d’opérations de déminage pour enfin être investi par le CEA en 1955.

Le collectif, tout comme la Criirad, laboratoire indépendant de mesure de la radioactivité alertent sur la dangerosité d’une carrière à ciel ouvert sur un « site hautement pollué par des matières radioactives, pyrotechniques et chimiques ».

La préfecture de Seine-et-Marne avait frappé le Fort d’une servitude d’utilité publique en 2005, qui impose que les terres du site ne doivent pas en sortir et interdit la présence d’habitations, d’école ou la culture des terres.

MARION KREMP

lundi 29 avril 2013

CEA - DHUIS : le conseil de municipal de Courtry approuve la destruction du fort de Vaujours.

Voici le dernier communiqué du collectif "Sauvons la Dhuis" :

CEA - DHUIS : le conseil de municipal de Courtry approuve la destruction du fort de Vaujours.

Le 04 avril 2013, le conseil municipal de la ville de Courtry a voté à l'unanimité une prescription de révision de son Plan Local d'Urbanisme permettant la mise en œuvre « du projet d’exploitation de la ressource en gypse par la société Placoplâtre sur le site du Fort de vaujours ainsi que que le projet de reconversion et de réhabilitation du solde des emprises par la Communauté d'Agglomération Marne et Chantereine ».

Fort-de-Vaujours_IMG_8301.jpg

Entrée du Fort de Vaujours en 2010.

La commune de Courtry désire donc céder aux sollicitations des carriers par anticipation. Ainsi, sans attendre le dépôt officiel d'une demande officielle d'exploitation et le résultat de l'enquête publique qui doit en découler, le conseil municipal à l'unanimité a émis le souhait de déclasser le fort ainsi que des terres aux abords de la Dhuis situées en contrebas .

Voir le compte rendu du Conseil Municipal de Courtry en date du 4 avril 2013 : CR_Sommaire_CM_du_4_avril_2013.pdf

Le conseil municipal de Courtry précise qu'une « concertation associera pendant toute la durée de la révision du PLU les habitants, les associations locales et les autres personnes concernées ».

Il précise également les modalités de celle-ci :

  • « voie d’informations (bulletins municipaux, site internet de la Ville…) »
  • « la mise à disposition d’un cahier d’expression à l’accueil principal de l’Hôtel de Ville »

Le collectif "Sauvons la Dhuis" en plus de condammer ce vote au conseil de municipal de Courtry considére cette concertation comme insuffisante au regard des risques encourus par les populations locales.

Lors d'un précédent communiqué, le collectif "Sauvons la Dhuis" avait pris le soin d'informer et de sensibiliser sur les risques sanitaires majeurs liés à l'exploitation du fort de Vaujours.

Voir notre communiqué en date du 15 Janvier 2013 : CEA - DHUIS - Courtry/Coubron/Vaujours – Les projets d'exploitation et d'aménagement du Fort de Vaujours

Fort-de-Vaujours_IMG_8292.jpg

Dans les entrailles du fort de Vaujours

Pour rappel, depuis plus de 10ans, le fort de Vaujours d'une surface de 45 hectares est suspecté de contamination résiduelle en matières uranifères (Uranium 238 entre autres). Cette contamination a été confirmée en 2001 par la CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendante sur la Radioactivité) et par le CEA lui-même qui a reconnu que certains ouvrages contaminés avaient été noyés dans le béton compte tenu de l’impossibilité de les décontaminer.

Courant 2001/2002, à cause de coûts très élevés de dé-pollution, le site n'a été que très partiellement décontaminé. Ainsi sur un total de 45 hectares, seulement 1000m2 ont été traités suite aux explorations de la CRIIRAD.

Une mesure de radioactivité 33 fois supérieure au bruit de fond a été relevée dans l'enceinte du fort de Vaujours en Mai 2011 à l'aide d'un RADEX 1503. Cette mesure a été certifiée par la CRIIRAD en 2012. La CRIIRAD précise également qu'un bloc d'uranium de 100g sous 10cm de terre est difficilement détectable en surface à l'aide de compteur de ce type.

Fort-de-Vaujours_IMG_0227.jpg

Mesure de radioactivité à 33 fois la norme prise dans l'enceinte du fort de Vaujours en Mai 2011 avec un RADEX 1503 certifiée par la CRIIRAD.

Pendant des années, le CEA a pratiqué sur le site des essais nucléaires dit sous-critique (ou tir “froid”) avec de l'uranium. Ces tirs froids ont été réalisés à l'air libre ainsi qu'en salles de tirs. Après les essais, les éclats d'uranium et autres déchets étaient évacués à grandes eaux dans des puits dit de "lavage" profonds d'une trentaine de mètres, au nombre de 14. Certains déchets étaient même incinérés dans une zone de brûlage à l'air libre ainsi que dans un incinérateur équipé de quatre fours.

A cette pollution exceptionnelle en proche banlieue, s’ajoutent des risques non moins importants liés à la présence d’explosifs en subsurface, des pollutions aux métaux lourds (Arsenic, Mercure, Amiante, Cuivre, Plomb, Tungstène, Zirconium, etc.) ainsi que des pollutions chimiques (Dioxine, PCB, etc...).

Fort Vaujours Wermacht

39-45 Seconde guerre mondiale : Groupe de soldats Allemands devant l'entrée du Fort de Vaujours. Quel anachronisme avec la situation d'aujourd'hui !!!

L'exploitation du fort de Vaujours est tout autant la destruction d'un patrimoine historique local majeur, qu'un projet à hauts risques pour les populations locales de même que pour les employés et sous traitants de Placoplâtre qui travailleront sur ce site.

Ce risque de mise en danger des salariés et sous-traitants est parfaitement assumé par Placoplâtre, qui, par un chargé de communication, a déclaré le 3 Mai 2012 : « Il ne faut pas se leurrer, le seul vrai risque, il va être pour les salariés de l'entreprise. C'est eux qui vont être au contact quand il faudra démolir et exploiter. Le seul véritable risque, c'est pour le personnel de l'entreprise. »

Le Collectif "Sauvons la Dhuis" s'oppose donc avec la plus grande fermeté à cette volonté du conseil municipal de Courtry d'autoriser la destruction du Fort de Vaujours. Nous le considérons comme irresponsable.

Dans le cadre de la révision du Plan Local d'Urbanisme de Courtry, le collectif demande la mise en place d'une véritable concertation associée à une enquête publique approfondie.

Devant l'ampleur des risques, nous demandons qu'une réelle étude d'impact sur la santé des populations locales soit réalisée par des organismes indépendants tels que la CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendante sur la Radioactivité).

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • ADENCA
  • Les Amis de Carnetin
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

mardi 23 avril 2013

Montguichet - Chelles : Le printemps explose

Le printemps s'installe au Montguichet...

IMG_4031_2_3.jpg

L'ancienne carrière du Beauzet de la côte Montguichet (Chelles)

IMG_4387.jpg

Montguichet - Carrière du Beauzet - Chelles - 22/04/2013 : Lézard des Murailles (Podarcis muralis)

IMG_4397.jpg

Montguichet - Carrière du Beauzet - Chelles - 22/04/2013 : Lézard des Murailles (Podarcis muralis)

On a cru au départ à un lézard vivipare... mais non ;-)

5 pieds de Jacinthe Romaine (Bellevalia Romana) ont été observés ce même jour en fleurs. C'est la première fois que nous avons autant de pieds en fleurs ces 7 dernières années. Notre plan de préservation semble porter ses fruits.

Cette plante rarissime possède une station dans la carrière du Beauzet de la côte Montguichet de Chelles (77500). C'est la seule station connue de cette plante en région Ile de France et recensée au nord de la Loire. Elle est inscrite sur la Liste Nationale (annexe I) des plantes protégées sur l'ensemble du territoire français et sur le Livre Rouge de la flore menacée de France avec le statut de "vulnérable".

IMG_4430.jpg

Montguichet - Carrière du Beauzet - Chelles - 22/04/2013 : Jacinthe Romaine (Bellevalia Romana)

Gaillet croisette ou Croisette velue ou Herbe à miel (Cruciata laevipes)

Montguichet - Carrière du Beauzet - Chelles - 22/04/2013 : Gaillet croisette ou Croisette velue ou Herbe à miel (Cruciata laevipes)

IMG_4248.jpg

Gagny - Carrière Saint-Pierre - 22/04/2013 : Troglodyte mignon ( Troglodytes troglodytes )

IMG_4329.jpg

Montguichet - Chelles - 22/04/2013 : Fleurs de Groseilliers

IMG_9945_6_7_tonemapped.jpg

Montguichet - Carrière du Beauzet - Chelles - 22/04/2013 : L'ancienne carrière du Beauzet

IMG_4191.jpg

Gagny - Carrière Saint-Pierre - 22/04/2013 : Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla)

Voir l'album photos complet avec plus de photos et d'observations sur Google Picasa :

Lézards du Beauzet

samedi 30 mars 2013

Le Sempin ou la carrière déchargée

Sur les communes de Chelles et de Montfermeil se trouve l'ancienne carrière du Sempin.

Après avoir échappé à des projets d'urbanisation, la Zone Naturelles d'Intérêts Ecologique Floristique et Faunistique (ZNIEFF) de la carrière du Sempin a été finalement remblayée à grand renfort de remblais et de déchets du bâtiment dans les années 90s.

Les pelouses calcaro-marneuses ou sèches ont disparu avec leurs cortèges de plantes rares à haute valeur patrimoniale.

En 1995, l'association "Les Amis Naturalistes des Coteaux d'Avron" avait tenté de les sauvegarder. Quelques milliers de m2 de ces pelouses avaient alors été dé-plaqués.

Elles se trouvent maintenant à proximité du Moulin.

Pour en savoir plus sur ce désastre écologique des années 90 et sur le combat de l'ANCA pour sauver ce qui pouvait l'être : http://www.association-anca.org/spip.php?article14

Voir également l'excellent article de l'association des riverains des bords de Marne sur l'histoire du Sempin: http://lemarneux.over-blog.com/article-la-znieff-du-sempin-chelles-montfermeil-116625814.html

Propriété du groupe Saint-Gobain, la commune de Chelles est actuellement en train d'en finaliser l'acquisition.

Quels sont les projets d'avenir de la commune de Chelles sur cet espace ?

Voici donc une brève parue dans le parisien en date du 17.04.2013 qui donne un éclairage.

Bientôt un parc sur la carrière du Sempin

Publié le 17.04.2013, 07h00 CHELLES.

La mairie et la Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural) négocient l’acquisition les terrains de l’ancienne carrière du Sempin, en bordure de Montfermeil. L’objectif est de faire de ce site un espace vert ouvert au public et relié aux deux autres zones vertes de la commune, le Montguichet au sud et la montagne de Chelles à l’est.

S’il est encore tôt pour connaître les détails du projet, les élus assurent que ce nouvel espace vert, qui à terme sera géré par Marne et Chantereine, ouvrira au public « d’ici quatre ans » et qu’il restera « pour toujours » une zone classée, à l’abri des promoteurs.

Voici un petit reportage photo sur le Sempin en ce début de printemps 2013 :

IMG_3330_1_2_tonemapped.jpg

30/03/2013 - Chelles - Sempin : Moulin du Sempin (Montfermeil).

IMG_0860_1_2.jpg

30/03/2013 - Chelles - Sempin : Les friches rudérales sur remblais et déchets du BTP du Sempin.

IMG_0829_30_31.jpg

30/03/2013 - Chelles - Sempin : Toujours aujourd'hui, il y a des arrivages massifs de déchets divers!!!

IMG_0850_1_2.jpg

30/03/2013 - Chelles - Sempin.

IMG_3426.jpg

30/03/2013 - Chelles - Sempin : Pouillot véloce ( Phylloscopus collybita ).

IMG_0802_3_4.jpg

30/03/2013 - Chelles - Sempin : Le boisement sur "Les Hautes Nonettes".

IMG_0799_800_801.jpg

30/03/2013 - Chelles - Sempin : Le boisement sur "Les Hautes Nonettes".

IMG_0805_6_7.jpg

30/03/2013 - Chelles - Sempin : Quelques ruches cachées dans les boisements

IMG_3379.jpg

30/03/2013 - Chelles - Sempin : Entrée d'une des ruches.

IMG_3403.jpg

30/03/2013 - Chelles - Sempin : Apis Mellifera à l'abreuvoir des ruches.

IMG_3422.jpg

30/03/2013 - Chelles - Sempin : Faucon crécerelle ( Falco tinnunculus ).

Voir l'album photos complet avec plus de photos sur Google Picasa :

Le Sempin ou La carrière déchargée

jeudi 14 mars 2013

Gagny - Chelles : Le Montguichet sous la neige martienne

IMG_0643_4_5.jpg

Entrée des cavages de première masse

IMG_2073_-_Copie.jpg

13/03/2013 - Montguichet : Accenteur mouchet ( Prunella modularis )

IMG_0673_4_5.jpg

Entrée des cavages de première masse

IMG_2420_-_Copie.jpg

13/03/2013 - Montguichet : Pinson du Nord Mâle ( Fringilla montifringilla )

IMG_0628_29_30.jpg

IMG_1928v2.jpg

13/03/2013 - Montguichet : Grive musicienne ( Turdus philomelos )

IMG_0652_3_4.jpg

Front de taille de la carrière Saint-Pierre

IMG_2470.jpg

13/03/2013 - Montguichet : Rougegorge familier ( Erithacus rubecula )

IMG_2163_-_Copie.jpg

13/03/2013 - Montguichet : Pinson du Nord Mâle ( Fringilla montifringilla )

Voir l'album photos complet avec plus de photos sur Google Picasa :

Sous la neige martienne

- page 3 de 17 -